Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2005-2006

>>Le cap des 11 ... est franchi !

7 avril 2006
Auteur(e) : 
TVB

Malgré l’enchaînement des défaites et un classement de lanterne rouge cette saison, les filles d’Ostwald ont tenu à se battre face à des savernoises dernièrement timorées. Ces dernières, un peu fébriles, favorisent le bon départ de leurs adversaires. Au premier temps mort le score est équilibré, mais les savernoises sont enfin placées et rigoureuses en défense, et, face au peu d’arguments offensifs de leurs adversaires, hormis quelques frappes de Carole Persault, bénéficient de grandes possibilités de relance dans des conditions idéales. Ostwald défend, mais fait preuve d’une stérilité offensive due à une imopssibilité de mettre les attaquantes sur orbite, en l’absence de Françoise Nass toujours indisponible. Le jeu d’Ostwald consiste alors en des défenses qui s’achèvent pas des ballons rendus en manchette à des savernoises trop heureuses de mettre à profit des occasions d’expérimenter le récent réglage de leurs attaques en balles rapides.

Tout le travail des derniers entraînements avait porté sur l’accélération du temps de la courte, et c’est avec satisfaction qu’un coach en voit l’application en match. Les envolées lyriques d’une Emmanuelle Bergman soprano se multipliaient, tandis que Morgane Pruneta prenait de l’assurance en défense en refusant de mettre un genou à terre. Claude Kister, montée sur ressorts, profitait de la bonne qualité de relance pour offrir des courtes dans le bras de ses attaquantes, et , Aline Weiss très en verve, tirait avec sa complice le fruit de son ardent travail lors des derniers entraînements. Quelques balles puissantes et spectaculaires surent atomiser la défense des veleureuses ostwaldoises.

Marie Haberer, déchaînée ne donnait pas le temps aux deux contreuses adverses qui l’attendaient de sauter en réaction, tant son engagement était rapide, et Eléonore Bohn confirmait quelques capacités à servir smatché. Morgane Pruneta prenait l’initiative de quelques combinaisons d’attaque, et l’ensemble du groupe ne fit pas l’erreur de tomber dans l’autosatisfaction. Le score sans appel de 25-12, 25-12, 25-13, en est la meilleure preuve, et les témoins supporters savernois prirent certainement beaucoup de plaisir à voir leur équipe triompher.

Le contre savernois était alors devenu un parapluie qui interdisait aux attaques d’Ostwald de franchir le filet.

Saverne parvient à dépasser le nombre des 11 matchs gagnés en une saison, et on attend désormais Saverne à la quatrième ou la troisième place avec 14 victoires, qui témoigneront des réels progrès accomplis.

J’ai bien sûr gardé le meilleur pour la fin, et cette victoire est aussi favorisée par l’extraordinaire esprit d’équipe d’Anne Marie Roth, qui, sévèrement grippée fit l’effort de se joindre au groupe à la toute dernière minute. Anne Marie n’a pas joué cette fois, pour ne pas agraver son état de santé, mais elle a été l’actif soutien de son équipe, qui l’a fort justement remerciée.

Il m’appartient ainsi de remettre les choses au clair pour celles qui faisaient parties de ce groupe, se sont engagées cette saison et s’engageront les prochaines saisons.

La présence de toutes est indipensable aux entraînements, les objectifs d’un groupe sont communs à toutes les joueuses, qui par leur adhésion s’engagent bien plus vis à vis de leurs partenaires que simplement vis à vis d’un coach. Lorsqu’une joueuse, titulaire ou non participe moins en raison de ses absences, c’est tout le groupe qui doute. Lorsqu’une joueuse peu titularisée prétend conquérir une place, il faut qu’elle vienne s’intégrer au collectif par les entraînements pour s’en donner les moyens. Ce soir, j’ai tiré les leçons fondamentales de cette saison. Il apparaît qu’au moment où les matchs comportent moins d’enjeu, au moment où nous jouons des équipes moins bien classées, les filles qui auraient pu faire valoir sur le terrain des progrès accomplis n’étaient même pas présentes pour soutenir leurs partenaires. La conséquence la plus grave à mes yeux est qu’une fille dont l’état de santé est bas est obligée de venir, alors que d’autres auraient dû faire cet effort à sa place. En la circonstance, aucune excuse valable à donner aux absentes à ma connaissance. Pas de solidarité ! En terme de leçon, j’entrevois à l’avenir que le temps de jeu est quelquechose qui se gagne par le travail et l’assiduité. Quelque soit le niveau ou le talent des joueuses qui ne respectent pas les principes de la participation minimale au collectif, mon rôle est de protéger l’ossature de l’équipe et ne pas céder au "chantage" qui consiste à n’être présent que si on joue. Aucune "charité" ne portera sur le temps de jeu. J’ai toujours respecté toutes les joueuses qui sont venues, et, les feuilles de match m’en sont témoin, chacune a joué, au moins 20 points à chaque match, voire un set entier. Je peux humainement comprendre les motivations des unes et des autres, les revirements, mais il me paraît essentiel de rappeler, qu’une saison part sur un engagement individuel et l’honneur qu’on peut y mettre à l’accomplir jusqu’au bout, quoiqu’il advienne. C’est aussi comme çà qu’on parvient à se dépasser et à se faire respecter et apprécier. Que celles qui ne l’ont pas compris nous quittent car elles nous quitteront tôt ou tard (et pas seulement nous), ou reviennent se joindre à leurs camarades toujours prêtes à partager un bon moment sportif, fait ou non de volley, de victoires ou de défaites, en jouant le même jeu que les autres. Prouvez moi vraiment votre envie et vous jouerez.

Rien n’est acquis et tout est à conquérir. Les joueuses dont l’état d’esprit est proche de celui d’Anne Marie Roth sont trop rares, et bien plus qu’une simple victoire Anne Marie aura confirmé tout le respect qu’elle nous inspire depuis le début de saison, par sa capacité à développer une polyvalence importante, à prendre le jeu à sa charge quand d’autres faiblissent.

Que les plus jeunes s’en inspirent ! Merci et bon rétablissement AM !

Vos commentaires sur cet article

  • Le cap des 11 ... est franchi !

    19 avril 2006, par Eléonore

    Alors pour qu’il n’y ai aucune ambiguité, je suis d’accord avec beaucoup de choses dans cet article. En revanche j’apprécié moins le côté "je lave mon linge en public" ! Je pense que ce site est là pour diffuser des informations à l’ensemble des licenciés et non à une minorité. Si on veut faire un compte rendu, il ne faut le faire passer pour un article... De plus, je dirais qu’avant de faire quelques accusations (concernant des absences),il serai bon de se renseigner directement à la source, plutôt que de se satisfaire de faits rapportés. Tout çà pour dire, que ce genre "d’article" peuvent plus envenimer certaines situations, plutôt que de les débloquer. Malgré, merci Jean-Jacques de tenir informés le club, des resultats des équipes savernoises, et de donner autant au club. MERCI !

  • Le cap des 11 ... est franchi !

    7 avril 2006, par Claude Kister

    Je voulais d’abord féliciter Jean-Jacques pour sa disponibilité et son engagement en tant qu’entraîneur. Cela même nous permet de pratiquer "égoistement" notre sport favori ! Je partage également tout ce qu’il a écrit quant à l’importance de l’engagement de chacune pour créer une harmonie dans l’équipe et également une CONFIANCE mutuelle. Je pense que la plupart des joueuses ont intégré ces valeurs (ou sont en mesure de les intégrer au fur et à mesure. Tout être doit se bonifier avec l’âge et se remettre en question !) Encore un GRAND MERCI à Anne-Marie, que j’ai eu au bord des larmes et paniquée au téléphone une heure avant le match !!! Un GRAND MERCI aussi aux supporters savernois qui ont eu le courage et la gentillesse de se déplacer en pleine semaine. Vous avez sans doute joué un rôle non négligeable dans le gain de ce match. Je finirai par un GRAND MERCI (c’est la soirée !!!) à Jean-Jacques, dont j’apprécie la sérénité, la patience et la lucidité. Bravo pour tous tes articles, que je garderai précieusement (et que je montrerai à mes petits-enfants quand je serai vieille, enfin il paraît que je le suis déjà !!).

    Bisous à tous Claude Kister


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2