Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Saison 2019 2020

>>Saverne par la petite porte

9 février 2020
Auteur(e) : 
TVB

A la fin du match, l’excellent arbitre André Troesch lâchait "Saverne a frisé la correctionnelle" ! Dans un style moins pénal je dirais que les savernois sont passés par la petite porte en se cognant généreusement dans l’encadrure à force de se bousculer à plusieurs grands gabarits dans un jeu qui fut parfois brouillon.

Heureusement le soir au resto mes voisines d’étable (pardon de table) n’étaient pas trop vaches avec leurs conjoints. Sépavré prenait un coup de jeûne et se contentait d’un timide Tiramisu, tandis que l’Eugénie de Bobo (libéré d’être seulement libéro après son stage au japon), planifiait sa consommation de mets gargantuesques dans le secret objectif de n’en prendre que la photo afin de développer son statut d’influenceuse numérique internationale. Que ne ferait-on pas pour la célébrité quand on est une jeune créature pneumatique en fin de vingt troisième année, la fin officielle étant synchronisée avec notre match en coupe à Arani mercredi soir !

Revenons à notre match. Comme samedi était ma journée portes ouvertes, je rivalisais de dextérité pour désenclaver le Cosec sources avec un coup de clé dans le portail, un coup de badge dans l’entrée, un coup de clé dans le vestiaire, un coup de badge dans la serrure de la salle 2, un forçage de porte dans la salle 1. J’avais bien fait d’ouvrir les portes car l’équipe de Saint-Dié arriva et investit le vestiaire. Les vosgiens étaient tout juste 6 avec quelques absents notoires qui me conduisaient à invalider toute ma préparation vidéo de la semaine pour m’en remettre à une improvisation partielle dans la construction de l’équipe savernoise.

Pendant ce temps les équipes s’échauffaient à l’attaque. Cet échauffement qui normalement devrait être tranquille et progressif a tendance à dégénérer en concours de gros bras entre les savernois qui veulent montrer à l’adversaire leur aptitude à déformer le plancher sous les coups de boutoir les plus violents. Les joueurs transformés en marteau-piqueurs vivants s’en donnaient à coeur joie et c’est le passeur/coach de Saint-Dié Denis M qui en fit les frais d’une façon inédite. Sépavré planta une courte en plein sur la main gauche du passeur en pleine action. Le poignet fit plusieurs tours sur lui-même et se figea en position inverse, l’auriculaire se retrouvant à la place du pouce. La douleur submergea le courageux passeur qui avait bien conscience que son abandon signifiait un forfait et défaite 3-0 pour son équipe qui avait fait 2 heures de route avec un bilan carbone maîtrisé ! Ceci dit essayez de faire des passes avec une main dans le bon sens et l’autre dans l’autre sens ! Tout s’inverse, l’index devient annulaire en plus mais le majeur demeure dressé et fier. Alors le passeur souffrant prit son courage à 2 mains dans les 2 sens et décida de jouer malgré la douleur qu’on imagine ! Ce n’est pas la première fois que les savernois agressent un passeur ludovicien ! On se souvient l’an dernier de la désintégration des lunettes par Peli. Et c’est pas faute de les supplier de viser les 8 mètres au fond du terrain !

Les bleus marine étaient détendus pour aborder ce match en se disant qu’ils allaient croquer les rouges en mode génocidaire. Peli poussait le vice à faire plonger le passeur à terre, lequel en vrai guerrier vosgien se réceptionnait au sol en grimaçant de douleur. Saverne connut un départ chaotique avec une chaussette pour Alex et commit de nombreuses approximations en réception et défense. Le placement préconisé sur le plan de jeu communiqué par le coach en mail avec accusé de réception avait été travaillé distraitement par Bobo et Dony manifestement. Sans être exempt de tout reproche Saverne concluait facilement le premier set 25-16.

Mais les ludoviciens savaient combattre et avaient récemment mené la vie dure à l’équipe de Mundolsheim ne s’inclinant que dans des fins de set étriquées. Les savernois n’en avaient guère conscience et se mirent à flotter en réception et dans leurs décisions offensives. Pierre qui avait repris la passe après Steph semblait dans un jour difficile avec un toucher de balle ardu, mais était inspiré au service. Tuterai avait des hauts et des bas, Tea réceptionnait à mi-temps mais attaquait dans le temps en courte, et la situation devint problématique en fin de set avec des balles de set pour Saint-Dié très méritant. Après un envol de Dony en fixation et une mauvaise manoeuvre aérienne qui le faisait échouer comme un trapéziste dans le filet, tandis que Peli marquait le point, le ludovicien Sébastien C pouvait légitimement contester la décision de l’arbitre. Mais Dony arbitre fédéral breveté ne s’en laissait pas compter et tentait de lui expliquer comment il avait légalement abusé du règlement. La tension montait mais l’arbitre, le vrai en blanc sur sa chaise (pas Dony en bleu sur le terrain dont tout le monde se fout de savoir qu’il est arbitre) ne revenait pas sur sa décision et quelques ballons plus tard, Saverne empochait de justesse le set 28-26.

Au troisième set, Alex céda son rôle de pointu à regret à TU futur sergent actuellement en plein stage d’entraînement pour obtenir ce grade. TU avait brillé aux 6 minutes à l’attaque et aurait pu envoyer n’importe quel ludovicien téméraire à l’hosto après un lâcher de missiles généreux et spectaculaire. Pourtant dans ce match, TU était bien en dessous de ce qu’il fait d’habitude à l’attaque ne parvenant plus à franchir le filet. Mais la préparation physique et mentale subie depuis 2 semaines avait laissé des traces chez ce vigoureux joueur dont le physique d’armoire à glace ne lui permet pas de passer facilement dans le petites portes. Songez ! Réveil à 5 heures avec un footing de 18 kilomètres. 8h30 après le petit déjeuner, départ avec paquetage de 130 kilos pour remonter au galop une piste de ski jusqu’à l’hélico qui attend en haut pour hélitreuiller ou plutôt faire se hisser les militaires un à un à la force des bras le log d’un cable de 15 mètres huilé au savon noir. Vol stationnaire et saut de 20 mètres dans l’eau glacée de l’étang du stock, et nage sans palme en tirant tout le paquetage jusqu’à la rive ouest où s’ébattent habituellement en été de dénudées germanophones. Mais là on est en février et même les cygnes se caillent les palmes ! Et il est à peine 10 heures du matin quand la petite troupe rampe dans la boue de la rive pour entrer en mode furtif dans le camping désert et mener l’assaut à la grenade à plâtre ... et toute la journée comme ça jusque 20 heures ... alors pour passer une attaque au dessus du filet à 21h30, TU n’est plus très chaud et Saint-Dié s’en réjouit et se gausse de voir l’infortuné géant échouer dans ses tentatives offensives en jetant un regard désolé à son coach consterné que ce joueur talentueux sombre encore et encore. Heureusement Steph varie ses passes et trouve un Peli dédoublé et très inspiré ce soir là. Saverne est pourtant mené 23-20 et n’a toujours pas compris que le passeur ludovicien joue ne manchette à l’aile et ne prend la balle à 10 doigts que pour le jeu rapide. Alex qui rongeait son frein est appelé à la rescousse dans le rôle de pointu. Il a tellement rongé son frein qu’il en est débridé, que plus rien ne l’arrête et il se met à pilonner au money time en roue libre bonifiant la remontada qui permet de s’offrir la balle de match, dont on sait qu’il vaut mieux ne pas la rater car le jeune pointu adverse Manu L a fait d’immenses progrès pour se jouer des contreurs géants alsaciens. Mais pas cette fois ! Et heureusement Saverne conclut 25-23 car qui sait ce qu’il se serait passé si on avait cédé un set ! Ca ne nous aurait pas fait du bien pour le set average qu’il faut soigner absolument au cas où on bat tout le monde !

Prochain match à Gondrexange avec une nécessité d’élargir la porte à tout prix !

PS : Troisième semaine de régate en solitaire pour Jean toujours en mer vers un cap inconnu et dont le retour vers les côtes nécessite un vent et un courant contraire ... à ses certitudes et aux nôtres


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2