Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Saison 2018-2019

>>Nos équipes ce week end : Démonstration

17 mars 2019
Auteur(e) : 
TVB

Seniors masculins 1 : Le piège de la "facipelicité" ?

Au match aller à Saint-Dié, alors que Saverne s’acheminait vers une victoire facile 3-0, le syndrome de la "facipelicité" avait contrarié la conclusion rapide du match. Ce même syndrome se produisit en tournoi de préparation, puis occasionnellement et récemment en coupe face à Ostwald. Le néologisme "facipelicité" est une contraction à triple dimension de Facilité/Peli/Félicité.

Traduction factuelle valant comme axiome plus que théorème :

Lorsque Peli commence le set au service et offre une avance de plus de 7 points au score à son équipe, qui à ce moment précis joue juste, tout le monde sombre dans la félicité, laquelle se mute en inconsciente autosatisfaction.

Alors, l’adversaire se met à grignoter cette avance conduisant les savernois à serrer les fesses inexplicablement et inutilement d’une crainte instinctive coupable. La conséquence consiste alors en un finish étriqué qui conduit à céder le set car chacun tolérant une petite erreur en réception, en relance, à l’attaque en cognant dans le contre ou le mur, les 7 fautes (6 joueurs + 1 libéro) qui en résultent font évidemment fondre l’avance acquise.

CQFD : 7 points avec Peli au service => 7 fautes impardonnables et provoquent une compression des prostates qui paralyse toute initiative de révolte contre la fatalité qui suit la facilité et fait tergiverser les joueurs qui pas comme des pros se tâtent pour un oui ou pour un non. C’est comme ça que des attaques ratées finissent dans les annales !

Quels sont les risques de rechute ? Quel dispositif prévoir pour vacciner l’équipe ?

Il convient de prendre Saint-Dié au sérieux parce que ce sont des vosgiens et le vosgien (je le sais bien pardi !) peut être têtu. En plus le vosgien trempé est bien trempé ! Mais heureusement samedi la météo fut plus clémente ! Alors quand Saint-Dié qui a su arracher un set à Remiremont et Gérardmer entame l’échauffement, le coach savernois s’inquiète de l’arrivée de Dony dans les temps au point qu’il transmute Bobo l’un de nos libéros en joueur de champ. Ca fait longtemps que Bobo n’a pas tiré à boulets rouges en rase campagne et ce n’est qu’aux entraînements qu’il étale ses capacités offensives avec un service matché lifté régulier et des attaques qui se nourrissent d’une énergie débordante à jumper sans doute compensation d’avoir été longtemps cloué au sol.

Donc on valide Laurent comme attaquant/réceptionneur bien que Dony soit arrivé in extremis, et on passe aux 6 minutes. Saint-Dié affiche des capacités offensives lors de cette séance débridée de frappes tous azimuts où chacun pense impressionner l’adversaire et Peli fait même un peu plus en plantant une courte sur les lunettes d’un des passeurs adverse. Mais le gaillard est solide et les gouttes de sang qui s’écoulent sur le terrain résultent d’une coupure sur le nez qui au final n’est pas si grave.

L’arbitre Humbert qui aura eu une soirée relax en définitive en ayant parfaitement officié, siffle le coup d’envoi et Peli au service agresse l’adversaire qui est cueilli à froid. "Facipelicité" ? Quand Saverne parvient à 20-5 non pas grâce à l’action des seuls services mais grâce à une solidité collective et une vitesse d’exécution offensive très au dessus de ce qu’on faisait en début de saison, il faut tout faire pour éviter un relâchement coupable de l’équipe et même si Peli fait une grosse boulette au service, Bobo le libéro libéré plante les attaques comme les choux et le numéro de duettistes de Martin et Jean fait merveille avec une application parfaite de Stephan qui produit un jeu très propre à la passe et bien plus rapide. Les contreurs de Saint-Dié sont voués à devenir des trains de la SNCF et ne seront plus jamais à l’heure au Block. Joël notre libéro non concurrencé s’éclate en défense et Pierre éclate une mouche dans le filet sur la seule courte trop haute de Steph. Mais quand Pierre arrive au service juste après un déballage de quéquette gagnant, en appliquant avec zèle la consigne du coach de servir court il s’amuse de torturer le libéro vosgien qui écope pendant que la bateau coule 25-9.

Une équipe moyenne se serait contentée de quelques points d’avance dans le second set, mais Saverne a mûri et s’ingénie à laminer d’entrée l’équipe de Saint-Dié. Le jeu de Saint-Dié parvient très rarement à produire une attaque dangereuse et lorsqu’un attaquant est démarqué il est défendu par Peli, Steph, Martin, Jean, Pierre, Joël ou Bobo quand il accepte de partir de sa ligne et bien que peu familiarisé à la défense poste 1. En ayant fait part à son coach au préalable "Coach je ne suis pas habitué à défendre en poste 1 que dois-je faire ?", le coach lui a répondu "on s’en fiche, tu te prends pas le chou et tu te démerdes". Alors Bobo s’est bien démerdé ! Et Dony peut se relaxer sur le banc car Saverne prend le large. Le coach savernois avait exigé qu’au passage du vingtième point du set, chacun cherche l’efficacité plutôt que le spectacle. Dans ce registre Peli touche du bois et propulse un missile d’attaque dans les planches du mur en face. Le set s’achève 25-12 et Saint-Dié souffre d’être à ce point submergé par un tsunami. Le syndrome de la "facipelicité" semble conjuré.

Peli commence le troisième set au service, facilite la récupération de balles faciles par ses partenaires et on arrive à 10-3 confortablement. Et là encore, pas de "facipélicié" et la seconde boulette de Jean au filet sur retour de réception directe est anecdotique. Jean utilise son service à plat et l’équipe fait les points derrière. Le plaisir de jouer devient jouissif. Martin lâche de gros services smatchés mais mord la ligne à cause de ses trop grands pieds. Pierre au service continue son service court encouragé par le banc savernois qui crie "Sado, Sado, Sado !". Au sixième service court qui permet à son équipe de récupérer des relances et de pilonner par un magnifique jeu rapide offensif les malheureux vosgiens, Pierre sourit jusqu’aux oreilles un peu comme le joker dans Batman ou le bouffon vert dans Spiderman. Osons le néologisme de sourire "sadonique" en l’occurrence mais c’est surtout le plaisir du collectif qui stimule les actions des savernois. Peli fait sa boulette du vingtième point en se rappelant au bon souvenir des planches du fond, mais en dehors de ça signe un match impeccable. Saverne boucle le set 25-8 et les supporters (quelques parents) félicitent leurs rejetons pour leur belle performance. Je suis d’avis qu’il s’agit d’une performance en effet et j’espère que les joueurs garderont la tête froide pour parvenir à répéter à l’envi ce genre de volley qui parce qu’il est collectif produit du plaisir pour tous.

Mais cela n’empêchera pas les garçons de souffrir lors des prochains entraînements car quelques recrues potentielles talentueuses se sont présentées et les succès futurs dépendront de leur bonne intégration dans un collectif altruiste de jeunes savernois en devenir vaccinés contre la "facipelicité". En attendant Peli a quand même son CDI !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2