Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2017-2018

>>Nos équipes ce week end : En roue libre

20 mai 2018
Auteur(e) : 
TVB

Seniors masculins : L’invincible armada

Une feuille de match pleine en dépit de l’absence vacancière de Dony et celle de Jacques en manœuvre à « Mali-bar », sans oublier François qui doit encore enfiler quelques chaussettes aux beach-volleyeurs marocains … alors vivement la feuille numérique car la saisie hebdomadaire des noms et numéros de licence vire à la punition de la maîtresse : « Coach JJ tu me copieras 30 fois la liste complète de tous tes camarades d’entraînement ». 3 passeurs, 2 libéros, 4 centraux et 4 attaquants réceptionneurs, 1 pointu arrivé à point nommé et 2 coachs, et toujours notre sempiternelle fabrication artisanale de numéros de maillots à l’élastoplaste, avec le capitaine Thibaut très inspiré pour composer un numéro 10 grandeur Sefo. Toute cette armada savernoise impressionnante pour affronter une équipe de Schweighouse sympathique diminuée par les absences des gros bras habituels et qui rappelle les grognards de la vieille garde qui dit « Merde » mais ne se rend pas.

Qu’elle a fière allure cette armada joviale qui ne ménage pas ses efforts pour taper dans les balles à s’en défoncer les bras, saute à l’attaque aux 6 minutes à s’en faire péter les jambons, et rit à gorge déployée sa joie de jouer au volley. Parfois les grosses armadas se heurtent à d’incroyables et héroïques résistances telle l’armada perse de Xerxés dont l’aventure tourna au vinaigre dans le détroit des Thermopyles face à 300 spartiates du roi Léonidas, évènement célébré dans notre monde contemporain qui aime faire des salades avec tout et n’importe quoi par la naissance de l’AOC « vinaigre de Xerxès » qui en dit long sur le contrôle de l’origine par les temps qui courent.

Mais revenons à Léonidas ou plutôt Jean-Paul P le vétéran Schweighousois, Léonidas barbu local à crinière rousse venu en renfort pour ce dernier match de la saison qui afficha une combattivité léonine, à l’image de ses acolytes qui refusent d’emblée l’inexorabilité de leur destin volleyistique consistant à prendre une Thermo-pile (ndt : une pile qui fait monter la température dans les tribunes) en bonne et due forme face au rouleau compresseur rouge qui massacra récemment Haguenau et Constantia sans la moindre pitié.

Thibaut notre capitaine gagna pour la première fois de sa vie le toast de l’impeccable arbitre Emile, 2 tranches de pain grillé rond autour d’une tranche de bacon collé par de l’emmenthal fondu, heu pardon je m’égare une pièce de monnaie à pile ou face jetée au sol en évitant de la faire tomber dans une fissure du plancher. Eric fit ainsi d’entrée une bonne série de services qui fachèrent les jaunes. Leur assaut revanchard fut particulièrement violent au service transperçant le bouclier de défense magnétique savernois dans lequel les libéros Joel ou Damien aimantent généralement les ballons pour les adoucir à souhait avant qu’ils ne caressent les mains délicates de nos passeurs dont la mission est de mettre sur orbite autant de balles que possible pour nos attaquants qui effectuent selon des styles très différents des acrobaties aériennes en vol plané, looping, tonneau pour les moins sobres, feuille morte pour les plus légers qui détiennent comme Peli un brevet de vol stationnaire latéral qui par chance ne viole aucun espace aérien concurrent. Face à l’agression des jaunes, Jean expédie quelques missiles air-sol qui calment les ardeurs de l’adversaire et rapidement le set tourne à notre avantage calmant la rébellion des schweighousois qui, sans démériter prennent un 25-15.

Guilaine en coach auxiliaire est rassurée et les supportrices ardentes de notre bruyante armada entament des chants guerriers du haut de leur tribune qui ne sont pas sans rappeler le chant des walkyries d’Odin. Et permettez-moi de vous dire que les Walkyries d’Odin c’est pas du boudin ! Apparemment nos joueurs guerriers Martin, Sefo, Colin et Aurélien ont fait passer des castings avant de sélectionner leurs promises, et pas que le casting physique car nos supportrices donnent de la voix sur au moins 3 octaves. Le club de supportrices naissant ainsi recrute des talents du genre « the voice » pour psalmodier en cœur des refrains du genre :

« Qui c’est les meilleurs, évidemment c’est les rouges !

Ils sautent plus haut, tapent plus fort et pis en plus ils bougent !

Ils vont gagner, mettre une peignée

Saigner leurs adversaires »

Ou mieux sur l’air des lacs du Connemara de Michel saindoux

« Fesses brûlées au banc

Des vrais supporters,

Des mains qui claquent,

Pour que la victoire

Soit éclatante,

Pour les savernois !

Des attaques puissantes

Qui viennent du haut

S’écrasent par terre,

Chez nos adversaires

Qui cèdent le pas

Face aux savernois. »

Refrain

En bas, chez les savernois,

On sait tous faire une défense.

En-haut, les rouges savernois,

Te mettent des chaussettes

Par dessus le filet

Et quand t’attaques dans l’mur

C’est pas d’chance !

Ou encore mieux un vrai projet sur l’air de JJ Goldman : Rouge

Début en chœur de l’armée rouge (ambiance popov démodée mais plutôt genre Haka red devil)

Tous sur le terrain, on bourre, on met des pains

On blocke des deux mains, on manquera rien

Y aura des merveilles, on jouera à fond

Et des exploits toute la saison

On planera dans airs, en vol géostationnaire

On prendra le temps de bien réceptionner

Et à l’entraînement on va travailler

Faudra qu’ça décolle pour tout le monde

Que des premières places, plus de secondes

C’est l’début de l’histoire, le rouge et puis la gloire

Etc.

Bon alors maintenant au boulot les supportrices et on apprend tout ça par cœur avant le prochain début de saison !

Revenons au match pour constater que le deuxième set exploite les talents de Sefo qui affole les centraux adverses en désintégrant leurs mimines à mains nues. Schweighouse demeure pourtant vaillant et Saverne parfois brouillon en relance sauvant des bévues par des exploits défensifs hors du commun. Schweighouse trime mais cède quelques points de trop face à Martin virevoltant à l’aile puis acclamé par le sextuor qui exulte dans les gradins chaque fois que Martin, Aurélien, Colin ou Sefo se mettent en évidence, et qui manifeste sa joie outrecuidante à la face des joueurs locaux privés de supporters eux, qui assistent à cette lambada improbable de jeunes filles désinhibées qui se trémoussent secouant les mains, paumes ouvertes en adoration devant les exploits de nos joueurs. Il est né notre club de paume-paume girls !

Thibaut opère quelques renversements de jeu judicieux qui démarquent ses attaquants avec Peli aux 3 mètres impressionnant, et Colin reste vigilant au block comme Pascal au premier set qui multiplia les bons réflexes et les fixations engagées. La rotation de nos 4 centraux dans ce match aura été plus que satisfaisante et chacun dans un style très différent aura beaucoup apporté dans le jeu. Pour nos adversaires la perte du set 25-20 signe le glas d’espoirs déjà bien minces.

On retrouve Eric au troisième set et Thierry vient aussi participer à la fête en faisant preuve d’un engagement total en défense, parachevant par ses exploits ceux de ses compères qui visitent le gymnase au pas de course après une défense imprécise. L’adversaire en reste coi et l’écart se creuse. Aurélien revenu lui aussi au plus grand bonheur de papa supporter en profite pour réaliser une série de services courts qui procurent des relances faciles aux rouges, et Eric saute pour conclure à l’attaque une balle qui rase la bande dont Sefo se serait volontiers gavé à l’attaque. L’atterrissage d’Eric est hélas catastrophique et les grands pieds de 3 joueurs dont Sefo dans un mètre carré … c’est propice à la plus classique et la plus douloureuse des entorses. Fauché dans son élan et mal retombé sur un pied taille 56, Eric hurle de douleur et entame un tour de terrain au pas de course à cloche-pied en mode triple saut gauche-gauche-droite qui n’épargne pas sa cheville droite gonflante et qui lui arrachent des cris de douleur émouvants jusque dans les tribunes où la maman d’Aurélien supportrice suppléante du soir n’est pas loin de s’évanouir. Damien le libéro plonge alors dans son sac de sport pour extraire après 30 secondes interminables de recherche la traditionnelle bombe de froid qui va permettre de cryogéniser Eric dont la cheville a déjà triplé de volume. Cette tragédie vient un peu gâcher la fête et les rouges sont médusés. Mais le jeu reprend vite avec Thibaut prêt à reprendre le poste de passeur et le match tourne à la démonstration avec des attaquants rouges déchaînés et inarrêtables tels Jean ou Peli. Le score final est sévère 25-10 mais juste et les rouges assurent leur maintien haut la main tout en se forgeant des ambitions nouvelles pour l’avenir.

Le match un peu trop court au goût d’une grande majorité de joueurs fut continué en mélangeant les joueurs des 2 équipes qui avaient envie de s’amuser encore et passèrent un excellent moment de jeu convivial avant de tous se retrouver à la buvette sans rancune et pour des moments sympas qui demeurent indispensables en sport collectif. Merci pour l’accueil !

Bon rétablissement au passeur Eric et merci à tous les joueurs d’avoir accepté de trimer aux entraînements pour participer à la fondation d’un groupe qui affiche du talent et aura la capacité de briller la saison prochaine, tout en soulignant que la relève existe grâce à l’opiniâtreté d’Ivan qui termine avec son groupe de cadets M15 à la première place de la poule honneur grand Est. On les félicite et les invite à poursuivre leurs exploits. Le volley masculin savernois est ainsi en pleine renaissance !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2