Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2010-2011 » Seniors Masculins

>>Poulpe ... et pied marin

11 décembre 2010

C’était le grand retour d’Hervé le poulpe (alias la pieuvre, alias le calamar) et notre central le plus désarticulé nous avait manqué face à l’ASVS. Saverne avait sombré corps et âme en terre nordiste avec le capitaine François fidèle au poste ayant tout juste réussi à sauver femmes et enfants. Le reste des troupes de rouge vêtu s’entassait de façon désorganisée dans les canots de sauvetage mais les requins de l’ASVS nous eurent dévoré en peu de temps. Il est vrai que tout avait commencé par l’accident du prometteur Thibaut qui connut son retournement de pied annuel dont les conséquences qui nous échappent encore nous laissent seulement subodorer qu’auprès de sa blonde il fait bon dormir. Auprès de ma blonde ... qu’il fait bon, fait bon ... jusqu’à ce qu’elle devienne brune de la dernière heure à la grande stupéfaction de ceux qui comme moi sont tout spécialement pantois d’observer la forte propension de capilliculteurs teinturivores qui sévissent dans l’Alsace la moins retirée. Les compères de Jean-Louis et Christophe avaient pris leur éclatante revanche face à un public turbulent et bruyant comme à l’accoutumée. Bravo mais ne nous confondons pas trop en félicitations prosternées pour ce valeureux adversaire et projetons nous dans le passé d’hier soir plus glorieux pour nos couleurs.

Le mécano Jacky avait tenté mercredi de redonner un élan nouveau aux vieux pistons de la salle des machines. Dans les vieux pistons, on inclut sans peine le presque-trentenaire Cyrille dont les montées au contre en alternance pistonnique avec François sont plafonnées à la racine cubique de la taille de la mire, ce qui lui permet de passer quelques doigts pour dire bonjour aux flibustiers adverses. C’est toujours pratique d’avoir une armée de pompiers à bord car quand le bateau menace de couler, ces jeunes gens ont de l’énergie à revendre. Ainsi, Joris effectuait une entrée appréciée en poste 4 avec une puissance équivalent à la racine carrée de celle de Médy qui occupe l’autre poste 4. Les forces sont rééquilibrées par la vista des centraux et François en bon capitaine plante une courte magistrale d’entrée sous les yeux éberlués de Jean-Luc Comau Président local estimé, qui se dit à ce stade que les carottes ne sont pas encore cuites mais que ça peut vite sentir le roussi. Saverne mène 1-0 et ce petit miracle témoigne de l’envie des rouges de ne pas démarrer le set avec 8 points de retard.

Sélestat se ressaisit rapidement dans le premier set et fait tanguer notre pétrolier local qui, ne transportant pas toujours de pétrole, met en oeuvre quelques idées en plaçant les carottes dans une eau qui bout de plus en plus. Médy se voit assigner des tâches moins voyantes en réception/défense mais soutient le libéro Ivan pas encore libéré. Lorsque le libéro tangue, le pétrolier tangue aussi et le maillot blanc d’Ivan flotte au vent comme un appel aux serveurs adverses à un éphémère armistice. Mais Ivan a ceci d’idiosyncratique qu’il se projette dans un combat obstiné et courageux en permanence et redresse la barre quand elle tire trop à tribord avant d’échouer pour se répandre en marée noire au temps mort du mécano Jacky. L’omniprésence du trio de pompiers permet de prendre un peu le large et Saverne qui subit encore quelques tentatives d’éperonnage s’impose 25-23.

Gilles le passeur sélestadien invective ses troupes et son expérimenté central se met à asseoir une domination très temporaire sur notre capitaine François appelé sur son téléphone rouge à une montée en courte au poste de commandement par le passeur savernois qui fonctionne au radar paraît-il. La chaussette qui s’ensuit équivaut à prendre un sacré coup ... de téléphone au moral. Médy ne se démonte pas et domine le contre sur son aile babord en faisant quelques figures de style. Le mousse Donatien entré pour se couvrir de gloire assure son rôle de nettoyage du pont en faisant de belles défenses à ras du sol et n’est autorisé à prendre le vent que par beau temps. Hervé le poulpe étend ses tentacules par dessus le filet qui ne lui rappelle pas spécialement sa capture au demeurant. Le plus violent des boucaniers sélestadiens est puni de ses audaces offensives par la hauteur des interventions d’Hervé le poulpe mascotte locale désormais. Prenant le grand large, le pétrolier savernois risque bien moins de s’échouer mais un courant subtil et sournois surprend JJ le barreur aux doigts bandés et au radar de chauve qui sourit. Le banc de sable se rapproche pour l’équipe sponsorisée "Beach theme". Un homme à l’amer ! C’est Médy qui gagne quasiment son pari de conclure le set au service 25-20 et consommera son amer bière ultérieurement. L’amer bière est une excellente boisson s’alliant parfaitement avec la salade de moules du Cinecitta, sponsor officiel de Sélestat dont la petite serveuse affable et dodue, charmante à souhait déplore avec une sincère gentillesse que la dissipation des convives savernois conduise certains d’entre eux à réécrire la carte du menu. Pumba prit la liberté de créer ainsi pour Cyrille un "jambon de Parme à la pizza" et se vit retourner sa pizza lors d’une atroce vengeance.

Quand Saverne mène 2-0, tout le monde a le pied marin et Pumba vient participer à la fête qu’on donne sur le pont supérieur, tandis que la capitaine François part couper quelques citrons à fond de cale. Le mousse Donatien s’agite en tous sens mais le tempête imprévue fait rage et les sélestadiens ressuscitent. Les tendues à l’aile perforent les hublots et tous les savernois sont en train d’écoper, même les éclopés. Ivan est très sollicité mais à ce stade chacun s’est déjà attaché à un mât fragile en tremblant car les vents adverses sont puissants. Pourtant le bateau résiste assez bien et profite de la moindre accalmie météo pour refaire surface. Les pompiers s’activent de nouveau avec Joris rappelé pour épauler Cyrille et Hervé le poulpe. Tandis que Pumba joue la fille de l’air dans ses appels en courte sans avoir l’air d’y toucher et est happé par une déferlante. On lui envoie sa bouée puis on le laisse sécher à fond de cale. Notre pieuvre Hervé effectue des manoeuvres tentaculaires qui annihilent les projets des indigènes de Sélestat. Le retour du pétrolier savernois est net. Ca turbine en salle des machines et l’écart se resserre. Le capitaine François effectue un retour attendu pour faciliter la conclusion du match avec un 28-26 fatal pour les vaillants sélestadiens (qui me lisent en général et grâce auxquels je peux maintenir le taux de fréquentation de notre site à un niveau honorable, mille mercis amen !).

L’année 2010 est bouclée pour les marins rouges et amarrés à bon port dans le championnat on imagine que l’escale de Noël sera propice à quelques orgies dont nous tairons les conséquences bedainistiques pour tout un chacun.

Rendez-vous le 7/1 au Cosec sources à 20h45 pour affronter Arani en guise de dernier match aller. Et bon rétablissement à Thibaut !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2