Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Insolites et gags

>>Combinaison gagnante ? Je me marre !

26 avril 2009
Auteur(e) : 
TVB

Une fois n’est pas coutume, pas de match à commenter ... le week end est long, je ne m’ennuie pas mais des idées loufoques me traversent le cortex cérébral avec une forte tendance de type hémisphère droit, dans la crainte que mon encéphalogramme ne vienne à se tasser ou même s’aplatir. Les médias viennent alors à mon secours en annonçant les performances des français aux derniers championnats de natation, me voilà pris d’un fou rire à l’idée que nos glorieux recordmen mondiaux ont abandonné leur maillot de bain sexy pour une combinaison noire au look réchappe de pneu ... Je pense alors à l’une de mes fans, Romina contrite la semaine passée que le supplice d’autocensure que je m’infligeai ne contribue à l’insipidité DNAesque de mon compte rendu de match. Me demandant si je n’avais pas touché le fond, arguant de la proximité saisonnière du beach volley pour faire un rapprochement avec les eaux bleues javellisées ne nos centres nautiques, ayant envie de faire partager mon hilarité du jour à la planète entière (soit 25 personnes qui me lisent chaque semaine quand il y a match) sans la moindre intention critique ni l’envie d’écorcher la performance de nos représentants hommes poissons qui souffrent et payent de leur aquatique personne pour séduire quelques minutes les requins du show biz, les morues et maquereaux des JT par les plus immédiatiques des succès ignorés ou les plus éphémères performances que le beauf’ moyen apprécie la bière à la main dans la plus grande régression conative bref ... ouf ... respiration ...

Pour nager le 50 mètres en moins de 21 secondes, ou le 100 mètres en moins de 42 secondes en 2009... il faut prendre son temps : 40 minutes d’habillage dans le vestiaire pour enfiler la super combinaison miracle en polyuréthane (comme la mousse expansive si si ...) qui fait glisser dans l’eau comme ça glisse au pays des poissons écaillés. Devant cette course de vitesse, goguenard et consterné, le mérou pète. Temps de déshabillage inconnu et non communiqué par les plus zélés des Journalonautes, mais au moins 30 minutes avec rangement, nettoyage et pliage de l’objet. Avant le départ, un coup de mousse polyuréthane dans la combinaison pour gommer les rondeurs les moins hydrodynamiques, pas moyen de se soulager avant la compétition évidemment et encore moins en combinaison ... le mec qui a la courante se soulagera dans sa combinaison, et on appellera ça la nageante (très poétique je le reconnais). Afin de pousser l’absurdité de la performance à son paroxysme le moins subliminal, il n’est pas impossible qu’on doive enduire le nageur de vaseline (3 tubes en application externe) afin de lui donner quelque espoir de retrait sans dommage de sa combinaison à 10 balles. La France et sa high technology s’offre ainsi une série de records du monde l’espace de quelques semaines juste avant que les nageurs étrangers n’arrivent à enfiler à leur tour cette merveille de technologie qui rapproche la natation de la Formule 1 laquelle en est depuis longtemps au choix des pneumatiques en fonction de la météo. Gloire à nos chercheurs en grève légitime pour préserver la recherche fondamentale d’applications aussi crétines de la recherche opérationnelle au jusqu’auboutisme capitaliste ! Si le ridicule tuait vraiment, la France compterait beaucoup de noyés ou d’étouffés dans le polyuréthane, et dans un anonymat absolument morbide et déplorable ! Non Laure Manaudou ! Vivez votre vie de jeune fille et ne revenez pas compresser vos formes épanouies dans un vieux pneu réchappé !

Ce n’est pas très sérieux de parler de nageur, à ce stade de la compétition il vaudrait mieux parler d’hydronaute, et là je me poile vraiment et suis très heureux de ne plus faire partie du moindre cercle d’hydronautes multilongueuripèdes. Seul sur le bord du bassin, l’entraîneur/enfileur de son champion peut encore à l’instar de Philippe Lucas soigner son look le plus excentrique en tenant son chrono, trottinant aux côtés de son poulain mouillé qui nage 3600 longueurs de bassin par jour en rêvant de faire des pubs pour Nike ou Adidas même s’il touche un cachet 1000 fois inférieur au meilleur buteur de division 2 de football. Le nageur médiatisé apparaitra 3 secondes dans chaque JT, masqué et bonnetisé, méconnaissable comme Zorro encore plongé dans le bouillon à hurler sa joie légitime d’avoir gagné sa course. Ses fans le reconnaitront dans la rue s’il daigne s’affubler de ses lunettes de plongée au risque de plier une bonne série de lampadaires quand la condensation investit ses verres fumés.

Le coach opportuniste lui, se payera le luxe de passer à visage découvert d’un plateau télé à l’autre pour ramener sa science sur le championnat de football, le tennis à Roland Garros, Le poker à Las Vegas, la rubrique économie d’I-télé pour évoquer l’hypothétique reconversion de l’usine de pneus Continental en fabriquant de combinaisons moulantes rétrécissant les testicules des hydronautes les plus testostéronés à la taille de pistaches liophylisées.

Franchement vous imaginez les mecs ... dans le vestiaire avant la course ... en train de se battre comme des beaux diables pour enfiler leur combinaison ...

"Les 8 concurrents de la finale du 100 m nage libre doivent se rendre au bord du bassin dans 5 minutes !" hurle la voix d’un speaker. 6 hydronautes se lèvent et entament leur marche de pingouins jusqu’au bord du grand bassin, mais 2 hydronautes manquent à l’appel ! Il y a le concurrent portugais dont la légendaire pilosité rend l’enfilage de la combinaison impossible, le pauvre, et son coach voulant l’aider qui insiste en gueulant "Filho de puta de combination de merda", sort la tondeuse électrique de la trousse de premier secours, mais c’est trop tard et de dépit la lâche dans une flaque d’eau et électrocute son velu protégé. Il y a le concurrent belge qui a enfilé sa combinaison en inversant les bras et les jambes (c’était le seul à avoir des manches sur sa combinaison) ... nom de dieu (pardon Dieu) ... une fois ! ... le mec court pour rattraper les autres avec une démarche de manchot en équilibre sur ses 2 nageoires ... il se latte lamentablement au moment de monter sur le plot. Les 6 autres concurrents se plient en 2 de rire, puis sur le plot pour le départ ... cette torsion fait un bruit épouvantable de caoutchouc, le genre de bruit ... comment dire ... comme si vous essayiez d’enfiler un préservatif sur un autre préservatif en l’ayant déroulé avant sans lubrification... amplifié par 100 bien sûr.

Pan ! Départ des 6 hydronautes survivants (on estime que le concurrent belge a été tué par le ridicule). La course est super rapide mais au virage après la première longueur ... surprise ... l’hydronaute chinois avait une combinaison de contrefaçon en polyuréthane inversé solidifiable au contact de l’eau ... et voilà le mec lancé à 20 noeuds de vitesse qui n’arrive pas à basculer à l’approche du rebord et se mange la tête dans le rebord du bassin, coule à pic comme un mannequin d’entraînement pour sauveteur plein d’eau, et se fait lui aussi tuer par le même suspect du jour ... le ridicule ! Les 5 autres concurrents hydronautes ne se retournent même pas pour porter secours au malheureux noyé (avaient-ils d’ailleurs leur brevet de sauvetage ?) et continuent leur périple de 40 secondes sans respirer ... de peur de créer un courant contraire. Je vous dis pas ! si le mec éternue ... et c’est ce qui arrive au concurrent Norvégien victime d’un chaud froid, la combinaison explose et il se retrouve à poil au milieu du bassin tué par qui ? Par qui ? Par le ridicule bien sûr ! Plus que 4 hydronautes au coude à coude effectuant une glisse impeccable en tricotant des orteils et des phalanges pour optimiser leur vélocité. Le concurrent américain a testé le régime du professeur Palmedor qui consiste à ne se nourrir que de magret de canard pendant les 6 mois avant la compétition. L’hydronaute américain a pris du retard dans son régime en ayant préféré un confit de canard du sud ouest accompagné de frites à la graisse de canard par gourmandise et sa palmipédisation a pris beaucoup de retard au grand dam du professeur Palmedor qui espérait déposer un brevet au moment où son protégé battrait le record du monde avec ses membres naturellement palmés, sans négliger l’intérêt incontestable que l’hydronaute suintant la graisse de canard puisse gagner 5 minutes à l’enfilage de sa combinaison en se passant de l’étape vaseline.

Arrivée en pleine bourre des 4 rescapés hydronautes : Marcel Stroumph bat le record du monde du 100 m que détenait la semaine dernière Albert Quidam-Lepion qui avait enfilé la combinaison version 5.1, alors que Marcel Stroumph utilise le tout nouveau modèle 5.2 qui augmente sa propulsion en transférant son énergie de pétomane breveté. La semaine suivante Alfred Anonim battra le record du monde de Marcel Stroumph en augmentant sa consommation de cassoulet au confit de canard dans les 4 mois précédant sa compétition ... et la sélection génétique des meilleurs pétomanes capables d’enfiler la combinaison version 12.3 à tête d’espadon en moins de 3 heures en parvenant à franchir la porte des vestiaires, permettra en 2025 (oui en 2025) de porter le record du monde du 100 mètres nage et pets libres aux alentours de 9 secondes ...

Appelés après leur splendide course au contrôle antidopage, les hydronautes pétomanes qui n’ont rien à déclarer pissent de rire ! Après avoir dû se retenir près de 3 heures avec passage en eau froide, le soulagement est compréhensible !

Pour nous au volley, c’est plus cool pour l’instant, on porte toujours notre croix aux avant-postes et de temps en temps on fait sauter un petit piston. Le génie scientifique n’a pas créé de telles combinaisons améliorant les performances. Vous imaginez le coach attendant les joueuses enfilant leur combinaison aérodynamique de maintien en vol géostationnaire à repousseur de filet intégré et attraction radiale/cubitale des ballons Mikasa et dynamiseur fémoral exosqueletté ?

Les filles ! Dépêchez vous de mettre vos gaines ! Le match va commencer ! Les savernoises revêtues de leur combinaison rouge moulante firent leur apparition sur le terrain ... dans le public venu en nombre pour cette finale de la coupe d’Europe aller face à l’AS Cannes on comptait bien sûr nos Présidents dont l’un évoquait de lointains souvenirs de la coupe de France savernoise 1960 dont tout le monde se souvient encore. En moins de 4 ans Saverne était passé avec ses joueuses du cru (Claude, Manue, Marie etc. et même Colette qui faisait son troisième retour), de la poule Régionale au plus haut niveau avec le même entraîneur sous-diplômé. Le match du soir était d’importance et Mr Ridicule s’était déplacé avec une cohorte de journalistes pour épier ses prochaines victimes ...

Drrrrring ... Drrrring ... Drrring ... "Saloperie de réveil !"

Prochain match : Altkirch samedi soir à 20h30 au Haut-barr, ça vaut pas Cannes mais quand même un déplacement !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2