Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2008-2009 » Seniores filles

>>Victoire précieuse 3-1 bon gré ... malgré ...

6 avril 2009
Auteur(e) : 
TVB

Saverne ne remportera pas le championnat cette saison, c’est une certitude ancrée dans les esprits depuis quelques matchs ... mais quel étrange complot s’est donc tramé pour que cette brillante équipe sur le papier ne puisse parvenir à s’imposer et exaucer les rêves les plus fous ?

Première observation étrange avant d’aborder la rencontre à Morschwiller ... l’équipe savernoise comptant 8 joueuses utilise pas moins de 5 véhicules dont plusieurs haut de gamme neufs... encore plus étrange, l’arrivée des joueuses ne se synchronise que 45 minutes avant le match alors que l’adversaire est déjà à l’échauffement. Etrangement on s’aperçoit que le véhicule d’Anne a surconsommé du carburant suivi par celui de Lucile en effectuant un tour incohérent dans Mulhouse et banlieue sud pendant 30 minutes. Comment un copilote coach, célèbre pour son sens de l’orientation en forêt peut-il ne pas trouver Morschwiller/le bas sur une carte et aiguiller une partie de l’équipe vers Bâle ? Y avait-il besoin de passer avant par la Suisse ? Quel blanchiment peut-on soupçonner ? Y a-t-il eu évasion fiscale subreptice ? La remontée progressive aux sources de ce périple nous amènera même à constater un retard de 15 minutes au départ de Saverne. Bizarre en effet d’autant plus que le nombre de coups de téléphone portable a augmenté de 26% en 15 minutes. Côté Hochfelden l’information n’est pas disponible, et à Strasbourg l’opacité est complète. D’autres ont fait le voyage en solo vers le haut-rhin sans fournir d’explication limpide ... Les habitudes prises en Nationale 3 auraient-elles transformé certaines de nos joueuses en stars surpayées obligées d’approvisionner discrètement leur compte en Suisse de lingots dissimulés dans plusieurs véhicules pour échapper au fisc ? Non le trésorier est vindicatif sur cette question. Etrange, l’attaquante phare est encore à table avec son compagnon et achève un repas gargantuesque juste avant le match à 13h !? Comment peut-on ingurgiter autant de nourriture chez papa maman avant un match ? Remontons dans le temps : Marie s’écroule face à Pfastatt avec une cheville gonflée. Pauline materne, Pélagie se casse le dos, Guilaine fait un temps partiel, Anne se décartilagise le genou, Marion est mobilisée par le sommet de l’Otan, Charlotte se tord la machoîre un lundi, Manue se bloque un genou, tout ça en très peu de temps, juste avant ou pendant la série des matchs importants ! Comme si plus personne ne voulait figurer dans la liste des titulaires et ne songeait qu’à échapper à la crise financière qui terrorise les plus nantis !

Que d’indices accumulés sur lesquels nous allons opérer un recoupement sémantique visant à déterminer la source du complot dont nous reparlerons prochainement, mais en attendant Mme le contrôleur du fisc peut sereinement soigner sa contracture au mollet en gavant son volubile beau fils comme une oie le dimanche midi !

Au présent il s’agissait de venir à bout de la rugueuse équipe de Morschwiller/le bas promise à une probable descente en étant tombée au bas du classement cette saison sans pour autant avoir démérité sur le terrain. Avec Stéphanie Parmentier, une nouvelle passeuse active en défense et toujours une importante envie de jouer à l’image de Marianne Watzey, Morschwiller prit Saverne à la gorge et malmena si bien Claude et ses partenaires que le set bascula nettement en leur faveur dans la demi-obscurité d’une salle où les rideaux des baies vitrées avaient dû être roulés en boudins, quelle étrangeté ! Ingrid Meny était imperturbable en défense et les lignes d’attaque locales venaient à bout d’une défense savernoise dont le rythme n’était pas sans rappeler celui d’un garde suisse.

Surprises par le niveau de jeu de l’adversaire les savernoises n’hésitèrent pas à hausser le ton (Anne sur le banc en tête et à tue-tête) s’appuyant (sans appui-tête) sur d’impeccables réceptions d’Aline et d’éblouissantes attaques de Lucile. Anne-Marie et Manue étaient très actives en défense et comme Morgane servait bien et à beaucoup de choses (si j’ose ce zeugma) , attaquait bien et passait ... par dessus le filet, que Claude vexée d’avoir encaissé le premier set passait la surmultipliée vélocipédique (pour indiquer qu’elle tricotait des gambettes) à la passe sans cultiver le moindre excès de précision (ce qui est rare), on s’imposa très vite sans discontinuer ni disconvenir du moindre gloussement poussé par les équipières du banc assez détendues et dont l’impuissant destin était en train de se sceller. En effet Anne la perforatrice de tympans avait été mise au repos après un début de premier set douloureux pour ses articulations décartilagisées. Charlotte avait le rire jaune et trépignait d’impatience de rentrer. Dans cet état de privation de jeu, Charlotte est prête à rentrer à n’importe quel poste, même à la passe pourvu qu’elle joue ne serait-ce qu’une minute et puisse avoir l’occasion de taper rageusement son ballon par terre avant son service ... pitié coach fais moi rentrer ! La privation était abominable, mais c’était au tour d’Aline d’occuper le poste de la réceptionneuse attaquante plus vivace pour ne pas dire moins grande mais aérienne toutefois, et Aline avait tant mangé son pain noir à faire du banc qu’elle avait bouffé du lion et sa grosse envie de jouer fit plaisir à voir. Comme au premier set Saverne put allègrement profiter de ses réceptions et, bonus, des attaques concluant les points avec finesse et à-propos d’Aline : un sans fautes d’Aline sur ce match qui nous arrangea bien. Le second set fut vite empoché malgré la volonté héroïque locale parfois de contrecarrer nos projets offensifs.

Les savernoises alternèrent alors le bon et le moins bon l’espace d’une dizaine de minutes sans forcément flotter et restant hargneuses en défense ; l’enjeu était important de renouer avec la victoire, tant et si bien que l’envie subsista et la régularité et la solidarité des unes et des autres firent leurs preuves. Lucile et Aline connurent la victoire avec une satisfaction non retenue, et c’est auréolées de ce succès que les savernoises furent conviées à une petite réception bien sympathique organisée par leur adversaire du jour que nous remercions sincèrement.

L’euphorie permit de planifier un restaurant chinois dont la sérénité ambiante convenait peu à l’exubérante équipe survêtementée de rouge qui y pénétra. Faisant une razzia sur les raviolis, les samoussas et les nems sans délaisser la salade, devisant jovialement au grand dam d’une ventripotente cliente dotée d’un 110 bonnet F, venue faire un dîner aux chandelles avec son amoureux transi, hurlant avec véhémence les origines de Josselin en bout de table (CV et histoire sentimentale comprise, alors qu’une hésitation sur l’écriture de son prénom m’étreint encore), se retenant d’éructations inciviles, vidant le stock de nouilles et de canard laqué, prenant les serviettes chaudes de fin de repas pour des gants de toilette, cassant la poignée de la porte des toilettes ... laissant un restaurant à feu et à sang avec des clients assourdis et abasourdis, les savernoises rentrèrent dans leurs pénates s’offrir un sommeil réparateur après ces derniers efforts en terre haut-rhinoise.

Victoire 3-1 dont la contestation est bien improbable. Un hommage à notre adversaire qui a bataillé ferme et reviendra bien un jour nous titiller en promotion fédérale ! C’est tout le mal qu’on leur souhaite, car on a l’intention de s’accrocher à ce beau championnat !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2