Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2008-2009 » Seniores filles

>>Saverne - Pfastatt : 0-3 : Une messe vite dite

27 mars 2009
Auteur(e) : 
TVB

Saverne -Pfastatt : 0-3

16-25, 22-25, 21-25 en 72 mn

Arbitres : Moss, Fourel

Saverne : Vanini, Pruneta, Graw, Bergmann, Adnet, Verpillot, libéro Wurcker puis Joly, Kister, Roth

Pfastatt : Hirth, Meyer, Enderlin, Scherrer, Enderlin, Brunner

Pfastatt affiche une belle motivation et une certaine bonne humeur face à des savernoises crispées et peu enclines à imaginer une défaite de la teneur de la précédente. Bien que réduites à 6 les haut-rhinoises entrent dans le match avec une grosse présence physique au filet, mais commettent quelques maladresses à l’arrière et dans la construction, gênées peut-être par l’absence de luminaires sur la rangée nord est de la grande salle. Saverne ne parvient hélas pas à profiter de ces approximations et s’ingénie à produire un jeu de relance et de réception propice à entraîner nos passeuses pour le prochain marathon de New York. En l’absence de Marie le fer de lance de l’attaque, Guilaine ne recevra qu’un seul ballon bien éloigné du filet. Dans ce jeu brouillon, Saverne ranime bien vite ses démons de la semaine précédente et Charlotte semble tétanisée, elle qui fait d’habitude preuve d’une si grande vivacité. Aline en libéro tente des sauvetages mais reste imprécise à l’image de toute l’équipe. Scherrer et les soeurs Edelin ne forcent pas leur talent et la fin de set tourne confortablement à l’avantage des blanches qui s’imposent 25-16.

La déréliction du coach savernois monte tout doucement et on sait fort bien que la lucidité des filles n’est pas au maximum le jeudi. Notre jeudi noir restera à l’avantage des blanches qui, sans être brillantes au second set profitent des services ratés en masse ou de mauvaise qualité des locales. Claude revenue à son poste se démène pour effectuer des sauvetages défensifs, Lucile revient tout doucement à son niveau d’antan au filet et réussit de magnifiques attaques qui entretiennent l’espoir. Mais le déficit dans le service est tel que les meilleures volontés ne peuvent plus s’opposer à Pfastatt qui remet un peu de pression en fin de second set. Distancées les savernoises ne purent plus compter que sur une excellente série de services d’Anne qui aurait permis de revenir à 23-23 si une erreur de reconstruction ne s’était encore une fois insérée comme un grain de sable dans la mécanique générale. Un ballon facile cafouillé de plus et l’adversaire reprend du poil de la bête et s’apprête à nous plumer. On se dirige vers un 3-0 et je ne parierai à ce moment pas ma chemise sur la remontée de mes disciples éteintes. D’autant que j’arbore la tenue sweat-shirt réglementaire. Le coach a beau râler un tantinet, le collectif n’a pas de répondant face à une grosse cylindrée du championnat. Il faudra se résigner à ne pas faire l’exploit.

Malgré une figuration honnête des savernoises dans le troisième set propice à entretenir les minces espoirs des supporters dont les rangs sont clairsemés comme le samedi soir à l’église ; la messe est dite et la défense savernoise devient aussi poreuse que les improbables capotes de Monseigneur "Lèchecul de Benoît XVI (cf interview au 20h et franchement je n’ai pas retenu le nom de ce saint homme) face au virus du sida. Franchement si toute l’église catholique se met à prendre les capotes pour des passoires, on va pas voir filtrer beaucoup d’intelligence dans les salons de thé sacerdotaux ! Ah il parlait des calottes !?! Alors parlons en ! Toute abstinence n’est réalisable qu’avec une calotte ! Prenons un séminariste zélé et faisons le pénétrer (pardon entrer) dans un bordel de Marrakech ! L’homme chauffe devant ses brebis à s’en faire péter la culotte mais ... joker ! Il a sa calotte glaciaire ! En cas de réchauffement de la zigounette enfilez votre calotte glaciaire. Celle-ci vous offre l’avantage de garder la tête froide et le membre rigide sans pour autant vous geler les couilles (au cas vous atterrissez dans un bordel de Stockholm à la place). Le gland gelé ne laisse pas même suinter une goutte sous peine d’excommunication par Ben qui pratique allègrement la discipline de la carotte et du bâton avec ses moineaux. En bref ... Ne parvenant pas à donner l’absolution à mes joueuses en fin de match, n’attendant pas de les prendre en confession une par une ou même par mail technico-tactique, n’ayant aucune envie de les excommunier (j’ai assez de blessées : pensée à Marie, Pélagie, Pauline qui souffre aussi de sa transformation physique prénatale non abstinente et décapotée) et ne désirant aucunement l’auto-flagellation de groupe avec nos cordes à sauter, je préfère féliciter Pfastatt et l’enthousiasme de cette équipe brillante cette saison et me athée pour déguster des gâteaux que les filles de Saverne réussissent toujours à merveille.

Chères joueuses, restons unis par les liens de la patisserie et le volley s’améliorera quand le soleil daignera faire son apparition. Pensez un peu aux vacances, au sable chaud, mais aussi à Morschwiller, Morschwiller, Morschwiller ! C’est là bas qu’il nous faudra ressusciter !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2