Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2008-2009 » Seniores filles

>>Romina : approche prophylaxique après un 3-0

22 mars 2009
Auteur(e) : 
TVB

Saverne-Sélestat : 0-3 Haut-barr 20h30 samedi 21/3 (après report)

Set 1 : 20-25 en 24 minutes

Set 2 : 9-25 en 20 minutes

Set 3 : 18-25 en 18 minutes

Arbitres : Fourel Herrmann

Saverne : Bergmann, Kister, Pruneta, Adnet, Haberer, Verpillot, puis Roth, Graw, Joly, Vanini et coach Morel

Sélestat : Marcovici, Urban, Leddache-Tanoh, Guisti, Wetterwald, Boileau libero Bildstein, et Decourtelle, Amann coach Muser

Colmater les brèches ou faire du préventif, face à Romina le coach se doit d’être au four et au moulin. La polyvalence de l’adversaire contrarie la mise en oeuvre des dispositifs de contre et de défense. Quand on ne peut plus prévoir il faut songer à prévenir c’est là tout le principe médical de la prophylaxie, mais que faire quand l’adversaire a toujours un coup d’avance ? Quand on a échoué bien loin du but il ne reste qu’à panser les plaies psychologiques et l’oeuf à la cheville de Marie (l’extralucide locale) qui ne l’empêche pas de se poiler encore avec la jambe en l’air.

Loin de moi l’idée de comparer Romina à un virus mais sur le plan heuristique elle a sur l’adversaire le même effet que la variante 327 du virus "I love you" sur un ordinateur. Chaque attaque nous donne envie de redémarrer après 30 secondes de temps mort jusqu’à ce que le disque dur de notre rouge équipe (aux couleurs savamment entretenues grâce à l’utilisation de lessives biologiques de nos excellentes ménagères, aptes à cuisiner derechef sans la moindre rancoeur d’excellents gâteaux aux saucisses) s’emballe et n’agonise soudain dans un effroyable crissement mécanique ponctué de coups sifflets impartiaux d’un arbitre zélé, et parfait dans son rôle d’homme en blanc. Tout aussi impeccable était le blanc de notre second arbitre du jour qui me suppliait tout au long des sets avec des yeux langoureux d’amoureux transi de prendre un temps mort pour tenter un redémarrage. Rien n’y faisait !

Assigné à ourdir des plans antivirus, parefeux et ya l’feu au lac, sur mon banc rugueux de bois ciré à m’en recroqueviller le coccyx, essuyant d’un tympan les hurlements incessants des remplaçantes les plus stridentes dont Anne qui, blessée de dernière minute m’annonçait cette triste nouvelle lors des 6 minutes, je vis avec stupeur se dérouler le pire match que mes cauchemars usuels ne daignèrent même pas me proposer une nuit de pleine lune.

Sélestat alignait sa jeune équipe qui avait pris de la graine de sa capitaine explosive à l’attaque et très loin de réceptionner ou de défendre comme un tyrannosaurus rex, loin s’en faut ! Parenthèse croustillante, je me marre tout seul devant mon ordinateur d’écrire une telle ineptie pour les rares lectrices qu’on compte sur un terrain de volley le samedi soir ! J’ai vraiment du mal à concevoir qu’un tyrannosaure avec des canines de 20 cm puisse aisément réceptionner des balles de volley avec ses petits bras recroquevillés sous sa machoîre, et que dire pour le contre ! Mais mon ignorance du crétacé ou de l’ère quaternaire demeure et les fossiles éparpillés ne nous indiquent pas explicitement que le tyrannosaurus rex ait joué au volley ball avant l’explosion de l’astéroïde qui envoya ad patres les dinosaures, permettant l’avènement de l’espèce humaine qui inventa ce glorieux sport qui permet aux filles de se serrer les coudes à s’en faire des épicondylites pour réceptionner des ballons tandis qu’aucun néanderthalien, Cro-magnon ou Erectus (encore moins l’erectus d’ailleurs !) n’en aura l’apanage un jour, sans pour autant rater ses manchettes ! Eh oui messieurs tout sapiens que vous puissiez paraître, vos bras tendus vers l’avant, jamais vos coudes ne se toucheront ! La nature est ainsi faite ! Mais rassurez vous tous tendus que vous êtes les balles se touchent toujours elles !

Mes errements me laissent subodorer que chacun attend le digne résumé de cette rencontre, celui qu’on pourrait lire dans les journaux ou même dans des magazines comme Paris match si toutes ces volleyeuses de notre plateau s’habillaient chez Cartier ou faisaient partie des évadés fiscaux que François Fion et Christine Ringarde s’acharnent à faire revenir en leur filant un bouclier. Mieux qu’un bouclier, c’est quasiment un préservatif fiscal n’en déplaise à Benoît XVI dont l’air benoit justifie le statut de premier pape guillotiné dans les sondages par ses fidèles.

Après cette longue introduction dont l’utilité politico-religieuse est toute relative, je vous propose 3 versions journalistiques de ce match :

premier set raconté par "L’équipe magazine" :

Le leader du championnat faisait ce soir un périlleux déplacement à Saverne qui, mal classé restait sur une impressionnante série de victoires en ne déplorant aucun match nul cette saison. L’entraîneur du SCS Muser pouvait compter sur l’efficacité de sa capitaine Marcovici dont le pourcentage de réussite au filet est de 78,9% cette saison avec une moyenne de 28,7 attaques par match et une régularité défensive qui lui permet de se classer au second rang en défense avec 9,2 défenses par set et 98,4 % de bonnes réceptions. Le match démarre très fort pour le SCS qui avait choisi de recevoir le service malgré une panne des projecteurs de l’angle nord-est du stade Albert Haut-barr. Les rouges concèdent rapidement un 8-3 et c’est après un court repos qu’Haberer tombe victime d’un tacle sous le filet, mais l’arbitre n’ayant pu voir l’agresseuse, nul carton n’est distribué. Tandis qu’Haberer côté rouge se tord de douleur avec sa cheville gonflée, nos reporters sur place apprennent en exclusivité qu’elle avait fait le rêve prémonitoire de cette blessure qui la tiendra éloignée des stades pendant au moins 3 semaines. Bergmann la kiné fait le premier diagnostic de l’entorse dont l’angle semble avoir basculé à 24 °, tandis que l’arbitre insiste auprès de l’entraîneur savernois pour la reprise du jeu tout en lui indiquant qu’il ne dispose plus que de 1 minute et 15 secondes et qu’il ne décomptera pas d’arrêts de jeu. Saverne aligne Graw en remplacement d’Haberer et le match reprend avec une nette domination du SCS qui défend âprement sa surface de réparation. Bildstein en libéro neutralise toutes les tentatives adverses et Guisti fait un match impérial dans ses filets (pardon au filet). Veddache-Tanoh fait preuve d’une efficacité diabolique avec des tirs de loin qui font gamberger la défense rouge et ouvrent des espaces pour Wetterwald bien servie par Boileau qui réussit des transversales impressionnantes et distille des ouvertures intelligentes qui se transforment bien vite en passes décisives. Les savernoises n’ont pas pour autant renoncé face à cet ouragan et Roth vient épauler ses partenaires dont l’engagement défensif certain permet de freiner l’adversaire. Hélas incapables de combler leur retard au panneau d’affichage les rouges emmenées par Kister concèdent un 25-20 incontestable. Pruneta s’en sort en améliorant ses statistiques de service et Adnet dont le retour était attendu après 2 ans de blessure au genou nous démontre qu’elle a de beaux restes et se posera prochainement comme une des nouvelles prétendantes au statut de MVP à condition d’améliorer ses statistiques de block. Mais face à Marcovici l’inarrêtable, qui peut donc l’arrêter, CQFD !

Second set raconté par "Les échos magazine"

Clôture du second marché ce soir après 20 minutes de tractations d’une intensité variable. L’action Marcovici enregistre la plus forte hausse avec 25% d’augmentation. Dans le foulée Boileau sa principale sous-traitante enregistre une formidable hausse de 42.5% qui font jubiler le P-DG du groupe Philippe Muser qui avait fortement investi de ses deniers personnels en interdisant aux sociétaires du SC Sélestat de prélever trop tôt les dividendes du futur champion. Malgré les spéculations savernoises sur une baisse du titre bleu, l’action Guisti fait aussi un bond impressionnant déjouant les pronostics des traders rouges qui l’imaginaient en baisse. L’obligation Bildstein a permis de garantir l’ensemble du portefeuille de Philippe Muser qui profitait toujours du service de Veddache-Tanoh. La bonne tenue de Wetterwald assurait rapidement la chute du groupe savernois dont le Président du directoire JJ Morel ne savait plus à quels saints se vouer, incapable d’élaborer une stratégie qui aurait pu renforcer l’intérêt des fonds de pension à maintenir leur confiance. Une restructuration improvisée du groupe en guise de sortie de crise, en rachetant Vanini puis Verpillot n’y changeait rien, la faillite s’annonçait et la mise en redressement judiciaire ne tarda pas. Sous l’oeil inquisiteur des 2 représentants de l’autorité des marchés, Philippe Muser fit une distribution des stock-options au personnel sans négliger de programmer de futures OPA pour la saison prochaine car les ambitions de la croissance nécessitent une anticipation de la tendance et le groupe ne peut pas éternellement s’appuyer sur l’action Marcovici pour garantir un succès pérenne. Une stratégie de croissance externe raisonnable associée à un effort de R&D sur Boileau permettra à P Muser d’assurer le succès de sa future politique de diversification à condition de garantir la cohérence du groupe en exploitant au mieux les effets de synergie. Pour le groupe savernois au contraire, tous les indicateurs sont au rouge et 25-9 c’est 16 points de baisse qui obligeront à actionner tous les leviers de la flexibilité afin d’amorcer une réaction.

Troisième set par "Paris-match" (le poids des mots, le choc des photos, la liberté de l’orthographe offerte en patûre à la ménagère de moins de 50 ans dans la salle d’attente de son dentiste, un journal fait pour raconter des matchs comme son titre l’indique).

A peine éclairées par quelques lampadaires, Romina, Julie, Elodie puis Laurence, Diane, Violette épaulée par Maryline s’offrent une partie de volley ball endiablée sous les yeux de Philippe qui a su soigner son look moderne avec les années et arbore une barbichette rock’n’rollesque, admirant la courbe de leurs attaques inspirées et l’élégance de leurs plongeons. Julie ne ménage pas sa peine au service et met rapidement son équipe sur orbite. Romina la félicite souvent et le succès de ces jeunes filles leur fait voir l’avenir en rose. En face, l’équipe de Claude habillée par Bohn & Fils s’empresse de consoler Marie dont la cheville meurtrie enfle désespérément. David s’inquiète beaucoup de la souffrance de Marie et Josselyn espère que Lucile ne se fera pas mal comme il y a 2 ans lors de cette terrible soirée qui l’expédia sur une table d’opération. Stephen est un peu déçu que Marion ne joue pas trop mais c’est parce qu’il n’y a pas beaucoup de balles à jouer ce soir et dans ce cas circulez y’a rien à voir. Anne même blessée encourage vigoureusement ses partenaires. Les savernoises semblent avoir bien mal vécu la perte tragique des deux premiers sets et JJ qui les réunit parfois n’a pas envie de les gronder pour autant. Il sait qu’elles ont eu beaucoup de mal à récupérer de leurs efforts du dernier entraînement lors duquel elles avaient beaucoup transpiré dans une bonne ambiance chaleureuse et conviviale. Guilaine essaye souvent de faire des points au filet et Morgane lui fait souvent de belles passes. Les maîtres nageurs habillés en blanc n’ont pas trop de travail ce soir car Saverne a coulé trop vite et ils n’ont pas eu le temps de réagir, alors tant pis, ils jouent du sifflet comme d’une cornemuse. Si les filles de Philippe étaient très motivées c’est qu’il leur a promis une croisière sur son yacht (si si ... !) si elles gagnaient ce soir. Même les services de Manue n’ont pas réussi à faire renouer ses coéquipières avec le succès. Les filles de JJ ont organisé une petite réception après ce petit match bien décevant sans manifester de rancune à l’égard des bleues qui s’étaient éclipsées bien étrangement à l’issue du match aller. Eddie Barclay, Johnny Halliday et sa nouvelle épouse n’ont pas pu y assister. Eddie Barclay c’est normal mais Johnny quand même avec autant de jolies jeunes filles à superviser pour ses prochaines épousailles défiscalisées ! La Suisse n’est pas si loin !

Chers lecteurs, si à chaque fois qu’on prend une telle branlée il faut que j’écrive un bouquin, vous n’êtes pas sorti de notre site dont j’essaye de maintenir la statistique de temps de fréquentation au plus haut afin que Google nous prenne enfin au sérieux !

Rendez vous Jeudi soir avec une équipe reposée pour affronter Pfastatt et surtout bravo à Sélestat qui sera une belle équipe de championnes j’espère.

Vos commentaires sur cet article

  • Romina : approche prophylaxique après un 3-0

    22 mars 2009

    Encore une fois tout simplement extraordinaire ! je me réjouis des prochaines lectures ! Bonne continuation,

    Romina

  • Romina : approche prophylaxique après un 3-0

    22 mars 2009, par josselin et lucile

    Salut Jean-jacques !!

    Juste pour te signaler que "josselyn" ça s’écrit "josselin" Voilà, bon article quoique un bon petit badtrip au début. Bonne fin de week-end


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2