Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2008-2009 » Seniores filles

>>Remontées ... dans notre estime

8 février 2009
Auteur(e) : 
TVB

Set 1 : 27-25 en 28 minutes

Set 2 : 25-22 en 25 minutes

Set 3 : 20-25 en 27 minutes

Set 4 : 25-19 en 26 minutes

Arbitres : Baume, Lamande

Saverne : Roth, Kister, Bergmann, Haberer, Verpillot, Vanini puis Joly,Wurcker, Pruneta

Illzach : Petrovic, Huguenot, Muringer, Paiva, Azancoth, Lamberger libero Ben sellam, puis Maroquesne

Ayant dû concéder une courte défaite à Illzach au match aller en dénombrant des absences remarquables, Saverne avait à coeur de briller devant son public en prenant une revanche exemplaire. La régularité défensive et les qualités d’observation des adversaires du jour sonnaient comme un avertissement pour les plus impatientes de finir les échanges, s’exposant à la faute directe. A ce jeu des échanges qui durent et des exploits libres au sol, c’est le public qui risquait d’être comblé. Saverne commence le match en reconduisant les 6 glorieuses de la semaine dernière. Marion prenant de l’autorité dans le jeu ces temps-ci et bénéficiant d’une bonne entente technique avec Marie, Saverne réalise quelques points intéressants après le premier temps mort. Avant cela on avait senti une phase d’observation des 2 équipes qui produisaient plus de services ratés que de jeu. Privées de leur centrale du match aller les haut-rhinoises faisaient assez bonne figure malgré quelques fautes directes commises dans le jeu. Paiva attaquait astucieusement des ballons qui mettaient hors de position Manue un peu plus raide que d’habitude car en délicatesse avec son dos. Qu’à cela ne tienne elle tint sa place et ne ménagea en rien ses efforts. Saverne menait timidement sans produire de véritable récital offensif. L’énigmatique issue du premier set trouva sa solution en apparence à 24-19 avec plusieurs balles de set en faveur des rouges. Angèle Azancoth arriva au service côté Illzach et fit parler la poudre. La puissance et la précision de son bras qui ne tremblait pas mirent en difficulté les réceptionneuses locales, puis les attaquantes qui devinrent trop pressées de finir le point, qui, gâchant des occasions donnèrent la tremblote aux réceptionneuses qui lancèrent leur mouvement de grève intersyndical, tandis qu’Angèle Azancoth restait imperturbable et défendait d’arrachepied pour bonifier ce retour inespéré et approvisionner en bons ballons la très sereine Mélanie Muringer. Après un temps mort censé redonner du jus aux savernoises, le virus Parkinsonien généré par l’angoisse se propagea même dans les bras de Claude dont le radius le cubitus et l’humérus se mélangèrent provoquant une passe insolite qui dépassa les mires en voulant trop bien trouver Marie. Illzach passa à 25-24 en nourrissant des espoirs importants de conclure. Saverne se sauva de justesse sur une balle "cacawet" car il vrai que personne n’en menait très large si l’on peut dire et pour cause. Reprenant la main, à 25-25, les savernoises trouvèrent un second souffle et remirent la pression sur leurs adversaires qui ne purent parachever leur splendide remontée. Pas malheureuses de faire la nique aux oranges lors de ce premier set mi-fugue mi-raisin, les rouges et leurs presseuses de citrons changèrent de côté d’un pas nonchalant affichant une mine un peu plus fruitée. Le terme presseuse de citrons n’a rien de péjoratif car nos 3 remplaçantes du jour sont particulièrement opérationnelles sur des missions compliquées et affichent un bel esprit de commando d’intervention d’urgence dont le nombre de sautillements en zone alpha d’échauffement est fortement corrélé à la diminution de l’avantage au score des titulaires.

Le second set démarre et Saverne peine à prendre le large avant le premier temps mort car Illzach a pris conscience de ses chances et sait que quelques défenses héroïques anéantissent les bras des meilleures attaquantes. Maroquesne réussit quelques balles placées surprenantes dans la continuité du premier set mais de façon générale, les savernoises mettant en application leur dernier entraînement sont extrêmement présentes à l’image de Claude et Marion dont la rapidité de démarrage est rassurante. Quant à Charlotte, sa vélocité sur ce genre de ballon n’est plus à démontrer. Anne-marie stabilise la réception en tenant bon sur les excellents services de Paiva ou Petrovic. Côté Illzach Huguenot plane assez haut mais manque un peu de puissance pour surprendre Marie. Les 2 équipes sont en permanence au coude à coude mais Saverne semble tellement solide que le suspens de fin de set n’est pas ménagé. Sautant de joie à 25-22 comme pour une fin de match, les savernoises témoignent par ce geste de la rugosité de l’adversaire, qui même s’il n’est point ours mérite que l’on convoite sa peau ... sans pour autant la vendre trop tôt.

Saverne est tout aussi déterminé dans le début du troisième set et l’ascendant psychologique est exploité pour se détacher un peu. Nos presseuses de citron citées plus haut sont invitées successivement à achever l’adversaire. Cette délicate mission n’a rien d’anodin car l’adversaire bouge encore et nous rappelle qu’il ne compte pas céder à quelque combinaison offensive purement décorative. Telles le dernier carré des braves à Waterloo, elles se serrent les coudes encaissant une mitraille de Morgane au service et quelques nouveaux boulets de Marie. Mais le collectif haut-rhinois profite bien vite de l’effritement inattendu de Saverne dont le jeu perd en consistance malgré la bonne volonté et la disponibilité d’Aline et Marion. L’omniconscience de la réduction du score pousse à la quantophrénie raccourcissant les bras et les ambitions. Incapables de construire à ce moment du match des points propres et clairs, les savernoises vendangent des occasions de briller et s’éparpillent en réception, donnant la priorité à Morgane au moment où celle-ci aurait mieux fait d’assumer une reprise de passe à l’avant pour s’appuyer sur les bonnes fixations pied au plancher d’Anne. Illzach peut pavoiser et hisse son pavillon à 25-20, bien décidé à créer la surprise.

Entretenant le spectacle et le spectaculaire, s’appuyant sur la performance de leur libéro Ben sellat, Illzach mène légèrement au début du quatrième set, ce qui a pour effet d’aiguillonner Marie qui devait être à la recherche d’un nouveau défi. Celle-ci plante quelques ballons d’attaque stimulants pour ses partenaires et gratifiants pour sa passeuse Marion qui s’entend dire à plusieurs reprises "Tes passes elles sont trop biens !". Mais à mon goût il n’y en a jamais trop et nul ne peut se contenter de 3 ou 4 points d’avance et se conter fleurette que "la victoire est en nous" au prix du minimum syndical. Les savernoises s’appliquent toujours plus et la rigueur de Claude à défendre des ballons impossibles, la violence des services de Charlotte toujours aidée par son haka rituel qui même lorsqu’il échoue ne contrarie pas son bras, les diagonales à l’attaque de Manue et les attaques lobées intelligentes d’Anne-marie toujours au four et au moulin à battre des ailes au contre pour chausser les plus téméraires des attaquantes adverses qui osent venir papillonner au filet, les quick-bonjour-je-fais-une-quéquette de Charlotte à ras de la bande ... je respire ! ... nous permettent à tous de prendre de l’air ! Et de l’air on en a à revendre bien plus que des peaux d’ours ! On mène 20 à 10 et c’est bien le diable alors si l’adversaire renverse la situation. les points s’égrènent de plus en plus lentement en notre faveur. Illzach fait un baroud d’honneur en l’élégante personne d’Angèle qui nous gratifie d’une série des services toujours aussi incisifs et désarmants comme un de ses sourires, garantissant avec sérieux en défense la diagonale du poste 5 sans que rien ne laisse supposer le moindre fléchissement de sa part. Illzach imagine alors une remontée hypothétique mais Maroquesne échoue dans le filet en voulant jouer trop vite une balle placée. Les savernoises peuvent exulter à la hauteur du soulagement qu’elles éprouvent de prendre leur revanche sur cette combattive équipe d’Illzach qui nous donne toujours bien plus que du fil à retordre : du plaisir à les affronter.

Il faudra encore briller le samedi 21/2 à 20h30 à domicile (Haut-Barr) face à Mulhouse qui nous avait étrillés au match aller. A noter encore un report du match face à Pfastatt qui devait se jouer la semaine prochaine, au jeudi 26/3 à 21h. Merci au public d’avoir vibré (un peu comme les rouges aux moments d’angoisse) et aux adversaires qui malgré la défaite du jour ont été au bout d’elles même. Les arbitres abonnés à Saverne (Baume et Lamande) furent en tous points irréprochables.

Video premier set


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2