Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2008-2009 » Seniores filles

>>T’as pas à rougir d’être rouge

12 octobre 2008
Auteur(e) : 
TVB

Chers supporters et supportrices. C’est à ma connaissance la première fois que Saverne est classé premier du championnat après une défaite. Mon étonnement est légitime, mais comme Pfastatt a perdu et Sélestat est exempté, notre défaite face à une équipe d’Illzach motivée n’est pas préjudiciable à notre classement. Nous sautons de la place de n°2 à celle de n°1. C’est peut-être la récompense à offrir aux savernoises qui ont tout tenté pour faire fléchir Illzach et auront réussi à déstabiliser considérablement les haut-rhinoises.

Ce dimanche, j’avais à déplorer des absences prévues de Pauline, Marion, Pélagie, Anne-Marie, et mon répondeur téléphonique du matin m’informa de la voix méconnaissable d’une capitaine Claude bien mal en point que cette dernière ne tiendrait pas sa place. Nous lui souhaitons une prompte guérison. Colette sacrifia son dimanche de brocante pour épauler ses partenaires d’entraînement, en jouant la septième qui garantissait qu’en cas de blessure de l’une ou l’autre on puisse continuer à jouer. Merci à elle qui aura su encore une fois apporter son enthousiasme dans le temps de jeu dont elle a bénéficié.

Saverne affichait une moyenne de taille inférieure et subissait un début de match chaotique, souffrant de ses approximations en réception. Illzach déroulait un jeu appliqué et Azancoth et Pava stabilisaient le jeu des locales. Le nombre d’erreurs individuelles et l’apathie relative des rouges contribuèrent à accélérer la conclusion du premier set à 25-16.

L’intégration aux ailes savernoises d’Aline et Charlotte débutantes dans l’effectif n’était réalisable dans de bonnes conditions que si l’adhésion psychologique de l’équipe était totale. Les titulaires rencontraient encore au début du second set l’évidente difficulté de savoir si elles devaient prendre le jeu à leur charge ou non, paraissaient bien plus stressées qu’à l’accoutumée et ne percevaient pas encore que leurs nouvelles partenaires tenaient assez bien le choc et faisaient peu de fautes. Dès que Saverne trouva un peu plus de cohésion, l’hémorragie de services ratés s’arrêta et l’équipe passa nettement en tête avant le second temps mort. Un relâchement coupable permit à Lamberger d’effectuer à son entrée une série de services efficaces et de bonne longueur. Les réceptionneuses savernoises avaient perdu leur confiance et se retrouvèrent menées 16-15. Reparties à l’assaut et s’appuyant sur la grosse activité de Morgane leur passeuse, les savernoises conclurent des points importants, et bien que menées 24-22, réagirent avec la vista de Marie au filet. Le cafouillage d’une relance assez facile qui aurait permis de reprendre l’avantage sema le doute dans l’esprit des rouges et l’ultime point du set vit Morgane commettre sa seule faute de précision du match à 27-25. L’enseignement de ce set fut que l’on pouvait rivaliser avec une bonne équipe même privés des glorieuses individualités citées en introduction.

Croyant de nouveau en leurs chances, les savernoises se libérèrent, firent preuve d’un bon esprit d’équipe, furent concentrées dans leurs rôles individuels et jouèrent avec plus de solidarité. Cela permit d’autant mieux d’exploiter les talents de Charlotte assez confiante, et Aline très régulière en réception et défense put s’offrir quelques points à l’attaque. Nos 2 recrues de l’année furent de plus efficaces au service avec très peu de déchets. Manue et Marie jouaient les gros bras à l’attaque et Anne se démultipliait à qui mieux mieux, prenant aussi de belles initiatives au service. Illzach était largement débordé et l’enthousiasme savernois fournit une conclusion logique du set à 25-19.

On imaginait mal que cette équipe rouge put retomber si vite dans ses travers du premier set. De nouveau tendues par l’enjeu (dieu seul sait lequel !) les mésententes en réception et défense se multiplièrent. Illzach n’en demandait pas temps pour ravir son public et Krafft dominait le filet sans trop d’opposition puisque le contre savernois était un peu moins haut que d’habitude. Colette arriva à la rescousse et pallia l’affolement d’Anne qui jouait un peu à contre courant et dont on voulait ménager le genou meurtri en prévision de jours plus favorables. Un élan de solidarité et de générosité reprit les savernoises, la distribution se fit plus claire et les cafouillages occasionnels trouvèrent une Charlotte salvatrice prête à convertir tous les ballons éparpillés en ballons jouables. Sa vivacité était celle du cardinal en chasse. La petite taille moyenne du contre était compensée par un bel engagement défensif des protagonistes bas-rhinoises. Quelques exploits inconcevables freinèrent les locales qui faiblirent psychologiquement une nouvelle fois "Etre ou ne pas être ... en tête", "telle est la question", "sait-on encore réceptionner ?". Chaque savernoise de passage au service parvint à grignoter quelques points et le suspens se fit insoutenable. Une fin de set étriquée s’annonçait, mais Illzach bénéficia de mauvaises options de construction de Saverne en contre-attaque. Anne rentrée sur les 2 derniers points pour grandir le contre à la place de Colette ne put empêcher la conclusion autoritaire d’Illzach qui signa une troisième victoire méritée mais bien incertaine.

Ce match perdu aura à mon goût l’utilité de démontrer que quelque soit le 6 sur le terrain c’est la confiance que les joueurs acceptent de manifester les uns envers les autres qui contribue à faire les gestes justes, propres à organiser le jeu et pousser toute l’équipe au succès. Peu importe qui fait les gestes au fond ... Je remercie toutes les joueuses pour leur engagement dans ce match, et la déception relative que peut engendrer cette première défaite sera atténuée par le classement du jour. Saverne est en première place

La semaine prochaine à Pfastatt, on aura besoin de tout le monde ! Et peut-être qu’être numéro un devant une équipe qui en a fait son objectif de saison pourrait nous fournir un avantage.

Vos commentaires sur cet article

  • T’as pas à rougir d’être rouge

    17 octobre 2008, par Guy Verpillot

    Super article, j’aime le côté positif et nuancé de ton résumé. Je pense que c’est la meilleure façon d’encourager les filles. Bravo, belle psychologie teintée d’une belle grandeur d’âme !! Guy Verpillot (père de Charlotte)

  • T’as pas à rougir d’être rouge

    12 octobre 2008

    moi je tenais surtout a encore remercier colette d’être venue...encore merci...


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2