Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2007-2008 » Seniores filles

>>ASPTT Strasbourg - Saverne : 0-3

3 mai 2008
Auteur(e) : 
TVB

Les savernoises s’ingénient à aborder chaque rencontre de cette fin de championnat en cultivant chaque fois des angoisses nouvelles. On abordait ainsi ce match avec, outre les habituelles invalides refoulées dans la tribune des supporters ou non en cas d’absence, Morgane qui digérait mollement ses injections de vaccins exotiques, Claude strappée d’une gambette, Anne fraîchement entorsée de la main droite, Pauline gastriquement tangente après un séjour breton prolongé lors duquel les abus de Kouign-amann répétés ont dû malmener son estomac fragilisé par ses stages paramilitaires ultérieurs, Manue atteinte de crampes gambettoïdales, et …malgré tout des filles assez en forme parlons en, comme Marie dont la nouvelle devise dans le jeu semble être « ça passe ou ça casse », Anne-Marie flottant sur son nuage et Colette rempilant dans le rôle de la bouée de sauvetage face à toute cette incertitude cumulée.

 

L’échauffement se termine lors de 6 minutes échevelées lors desquelles on peut repérer la puissance du trio offensif de l’ASPTT avec les sœurs Clerc et Larabracherie. L’une expédie un missile qui assomme à moitié notre pauvre Anne-Marie, laquelle demeure l’une des rares joueuses aimantant, en match comme à l’entraînement, ce genre de ballons douloureux pour son faciès. Mais Anne-Marie en a vu d’autres dans tous ceux qu’elle n’a pas vu venir, et c’est requinquée à souhait qu’elle s’aligne dans ce 6 de départ qu’on a concocté expérimenté pour braver la fougue juvénile de l’adversaire du jour. L’ASPTT fait un bon début de match, avec Drogue à la passe qui parvient à surprendre une équipe Savernoise encore dans ses petits souliers à l’attaque et en défense. Pourtant Saverne résiste et fait de nouveau le jeu en s’appuyant sur l’excellence au service de Morgane, Anne, Manue ou Marie qui pilonnent sans relâche l’arrière garde locale stabilisée par la bonne maîtrice en réception de A Clerc. Pourtant ses partenaires et même Wurcker la libéro sont vite en proie au doute face à la qualité des services et la puissance offensive savernoise, illustrée par une Anne volontaire et toujours aussi tonitruante. Quelques fautes viennent annihiler les efforts des locales au mauvais moment et le set bascule d’autant plus vite en faveur des rouges qui s’imposent 25-19 en 20 minutes.

 

Le second set voit le retour de Pauline à la place de notre Colette régionale irréprochable, en vue de préparer le dernier match face à Kingersheim. Pauline vogue alors au gré du jeu routinier de ses partenaires qui assurent l’essentiel sans briller à chaque point, mais faisant un effort défensif bien au-dessus de la moyenne, même si certaines balles vendangées à cause de placements aléatoires restent la source de l’insatisfaction perfectionniste de Manue ou Anne-Marie. Morgane réalise un match appliqué à la distribution et donne du « foin à ses bourrins », des bourrins qui réfléchissent et n’hésitent pas à placer des balles derrière la défense trop avancée de l’ASPTT. Côté ASPTT, l’effectif tourne et Weinmann à la passe apporte un peu de stabilité, permettant à Peladan d’être à la conclusion. Pourtant l’écart se creuse au gré des fautes ou des exploits individuels de savernoises en pleine confiance et décontraction comme Marie qui ose des attaques puissantes à reculons en demi saut périlleux arrière carpé, Manue qui fait des appels un pied en prenant sa main pour une chistera (objet étrange utilisé à la pelote basque), Pauline jouant la corse talentueuse en défense, Morgane cultivant la roulette au service, au grand dam des réceptionneuses adverses décontenancées par tant de verve. La centrale Mestar ne parvient pas à contrer la machine savernoise et le set bascule 25-20 en faveur de savernoises ravies.

 

Saverne se détache très rapidement dans le troisième set en bénéficiant d’une grande qualité de contre avec Manue, Anne ou Marie. Claude fait un retour à la place d’Anne-Marie afin de tester la résistance de sa cheville convalescente. Certains à ce stade, dont les lecteurs les plus assidus de ce modeste site, sont en droit de s’interroger sur la blessure de Claude que nous avions laissée avec une main déchiquetée par la meilleure attaquante de l’ASVS il y a bien longtemps. Entretemps Claude a réussi à bonifier son entorse de la main avec une entorse du pied grâce à sa bivalence sportive. Et c’est au tennis que tout s’est joué. Si le tennis club a écrit un article sur la question, vous pouvez toujours le chercher avec le moteur de recherche internet Ethicle.org, qui vous permettra en sus de faire un don à une association humanitaire, en tapant les mots clés « entorses, Claude, tricolore, œdème, déchiquetée, enflée, gonflée, tennis, enfants, raquette, tomber, bobo, mal, aïe ». Ca devrait suffire je crois.

Et c’est A Clerc qui perçoit la fragilité d’équilibre de notre capitaine, la prend pour cible avec des services puissants et l’oblige à faire quelques réceptions « cacahuètes » dont elle n’avait en principe pas le secret. La serveuse strasbourgeoise met notre avance au score en bière et l’égalité arrivant terrorise Saverne au point que Marie délivre une attaque « moyen âgeuse » après ses 2 « air-balls ». Le plus dur est passé et Saverne déroule en se battant en défense pour ne laisser aucun espoir à son adversaire, qui a le malheur de commettre une faute de filet sur la balle de match, ce que l’impeccable tandem d’arbitres Maetz/Toussaidene ne manque pas de relever sans plaisir sadique particulier.

 

Dommage pour les strasbourgeoises, leur combattivité cette saison est bien mal payée, mais on imagine qu’elles ont appris beaucoup à ce niveau … sauf à faire des gâteaux pour l’après match, histoire de recevoir décemment leur adversaire qui les avait dignement accueillies au match aller. Mais à l’ASPTT on s’appuie sur les services et la compétence d’un club house ancestralement consacré à la religion Knack, merguez, frites, bière pour peu que la patience s’empare des savernoises fraîchement douchées, après que la température excessive qui règnait dans le gymnase leur ait collé des « pizzas » sous les aisselles.

 

Rendez vous à domicile le 17/5 à 21h pour affronter Kingersheim que nous attendons de pied ferme pour ce dernier match de la saison.


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2