Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2007-2008 » Seniores filles

>>Saverne revanchard : 3-0

19 janvier 2008
Auteur(e) : 
TVB

Match : Saverne – Guebwiller : 3-0 Haut-Barr 20h30

 

Durée : 73 minutes

 

Set 1 : 25-19 en 33 minutes

Set 2 : 25-19 en 25 minutes

Set 3 : 25-23 en 25 minutes

 

Arbitres : Goehry, Maetz

 

Saverne : Kister, Lotolotolua, Pruneta, Bergmann, Ehrhart, Joly, puis Roth, Haberer et coach Morel

 

Guebwiller : Chapelier L, Chapelier C, Lichtle, Schleer, Rost, Fuhrmann puis Fernez , Lecourt

 

 

La sympathique équipe de Guebwiller venue affronter Saverne ce samedi soir au Haut-barr ne s’attendait pas à se faire étriller par ces bas-rhinoises qu’elles avaient dominé de la manchette et des attaques lors du match aller (3-0 incontestable) alors même que Lulu n’était point encore martyrisée par la laxité enflée de son articulation désormais flex-sécurisée au point de l’immobiliser pour longtemps encore.

Le concept de volley artisanal savernois contribue à promouvoir un portefeuille de joueuses très varié que l’on peut décliner à l’attaque de la plus puissante à la plus quetscheuse. Des joueuses qui, depuis quelques semaines ne périclitent plus guère en réception à l’image de Manue désormais incapable de rater 2 ballons consécutifs. C’est dans ce 6 très artisanal que Léa pratiqua une sorte de rite initiatique visant à mesurer sa capacité à concrétiser face à des adversaires plus que respectables la débauche d’énergie des derniers entraînements. Guebwiller attendait Marie mais dut affronter Léa voletant au dessus du contre pour donner de petits coups de poignet à la place des grands et célébres coups de boutoir de Marie.

 

Guebwiller développe un volley plus familial qu’artisanal et le trio Chapelier passe-attaque-coaching était bien décidé à rééditer des exploits dont ils ont le secret. S Fuhrmann demeure en grands progrès et cette équipe de juniores parfois survoltées en défense est potentiellement décourageante pour les attaquantes les plus puissantes, surtout quand elles font la planche.

 

D’entrée on sent Saverne inspiré et infaillible à l’arrière, qui mène rapidement et utilise au mieux la puissance d’une Pélagie désireuse de prendre la balle au plus tôt et au plus haut pour éviter de se torturer l’épaule. Cette dernière assène des smatchs à vous assommer un éléphant pendant que ses partenaires centrales Manue et Anne restent très crédibles en faisant du vent et du bruit pour attirer le contre adverse. A ce jeu, le contre de Guebwiller se déssoude et nos centrales ont des occasions de placer quelques pics aiguillonnants avec une allégresse stridente peu retenue. Morgane est appliquée à la passe et parvient à une rare maîtrise qui empêche ses balles de tourner, la hauteur de distribution est idéale, et Léa vient déjà déposer quelques balles sans consistance sur la défense adverse qui se liquéfie. Le contraste des balles de Pélagie et Léa est tel que le rythme défensif n’est jamais trouvé par Guebwiller qui court en plus à la faute au mauvais moment à l’attaque avec Schleer ou Lichtle, quand leurs attaques ne sont pas simplement neutralisées par Claude au contre défensif. Les 2 premiers sets sont ainsi remportés 25-19 par Saverne sans qu’une angoisse particulière n’effleure le banc de touche sur lequel se prélasse Marie tout en rongeant son frein (on connaît Marie, c’est légitime pour la fille d ‘un garagiste de ronger son frein !). Il est vrai que nul reproche n’est à faire à ce 6 en place qui réceptionne et défend à qui mieux mieux et c’est tant mieux. Anne-Marie se réjouit assez placidement de voir ses partenaires à la fête bien qu’elle ne soit pas conviée à exprimer ses qualités aujourd’hui, mais les 8 volleyeuses présentes, qu’elles jouent ou non restent solidaires. Les remplaçantes sont d’ailleurs des joueuses tellement concurrentielles que les filles au turbin ne se donnent pas le moindre droit à l’erreur et jouent comme des panthères.

 

Comme à l’entame du second set, Saverne subit au troisième la loi offensive de Lise Chapelier et Sophie Fuhrmann, mais à force de se reconcentrer dans les aspects fondamentaux de leur propre volley ball, les savernoises parviennent à remonter les 5 points concédés sur quelques incohérences de jeu et font douter L. Chapelier qui manifeste par 3 fois une rare impuissance devant le contre de Morgane et Manue, incapable de leur jouer le coup du sombrero. Léa enchaîne les services et se montre intraitable en réception. Les services savernois perforant régulièrement Guebwiller, le bateau haut-rhinois prend l’eau, Fernez est invitée à écoper avec ses partenaires mais c’est trop tard et une vague de réussite submerge cruellement ces jeunes filles qui espéraient de pouvoir continuer à espérer, 25-23, le bateau a coulé, Saverne exulte enfin y compris le coach qui différera son infarctus du myocarde à un autre jour.

Bravo aux filles et même aux perdantes du jour qui noyèrent dans le muscat leur passager chagrin et nous montrèrent encore leur humaine simplicité de prendre du plaisir à jouer même si les événements leur furent défavorables. Et surtout merci au public fidèle et audible (surtout Petelo) qui, hélas sera contraint de quitter les tribunes du Haut-barr pour venir se contracter le fessier sur les bancs rugueux du cosec sources à l’avenir en 2008.

 


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2