Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2007-2008 » Seniores filles

>>Sélestat- Saverne : 3-2 (26-24 ;21-25 ;22-25 ;25-15 ;16-14)

11 novembre 2007
Auteur(e) : 
TVB

Petit flashback de la saison 2005-2006 qui fut assez exceptionnelle pour Saverne classé troisième du championnat derrière la Constantia et ... Sélestat qui refusa la montée. C’est Saverne qui est monté et on connaît la suite, mais rappelons nous que Sélestat avait mis à mal les coéquipières de Claude Kister en leur infligeant 2 défaites sèches 3-0. Le 6 Sélestadien s’appuie sur des forces renouvelées et expérimentées alliant hauteur, puissance et tactique. Sélestat commet peu de fautes dans le jeu, la construction est propre, et la prise en main de l’équipe par P Muser a permis à de jeunes et prometteuses joueuses de montrer l’étendue de leur talent.

Le déplacement des savernoises ce samedi 10/11 était donc des plus périlleux et Lucile toujours indisponible était venue supporter ses partenaires à la salle du lycée Koeberlé. Saverne a fait également 2 recrues transfuges de Sélestat à l’intersaison, Marion et Pauline, mais seule Pauline est alignée dans le jeu, et pour cause puisque Marion prépare l’enrichissement de l’école de volley pendant 9 mois. Pélagie reste en délicatesse avec sa colonne et il faut une manipulation herculéenne de notre kiné locale Manue avant le match pour que Pél puisse venir en découdre avec l’adversaire. On se méfie à juste titre du fer de lance Romina Marcovici qui a pris la fâcheuse habitude de faire d’excellentes prestations face à Saverne et l’option tactique demeure de l’éviter en réception et défense tant que faire se peut. Marion put divulguer les forces et les faiblesses de son équipe afin d’affiner la stratégie de jeu.

Malgré l’engagement physique des savernoises et quelques constructions esthétiques dans le secteur offensif, Sélestat se détache rapidement au score dans ce premier set au grand dam de Marie qui se voit privée de ballons d’attaque au centre à un bien mauvais moment. Anne Marie tient son rôle en relai de passe, et Pélagie marque de beaux points à l’attaque, mais la conclusion des points laisse à désirer face à Sélestat qui défend tout, avec Hélène Lam toujours très mobile en libéro . On ne parvient pas à mettre Sélestat hors de position et c’est de justesse tout de même 26-24 à l’issue d’une remontée brillante et en sauvant une balle de set que les locales poussent un cri d’exultation. Manue accuse le coup moralement de n’avoir pas su gérer un excès de stress en fin de set, à l’image de toute l’équipe savernoise.

Le second set voit Saverne prendre des initiatives plus audacieuses et le système de jeu en place garantit une plus grande efficacité face aux attaques ligne de Romina, qui se voit maintes fois contrée tantôt par Anne-Marie, tantôt par Marie. Pauline excelle en défense mais est tactiquement remplacée par Anne en fin de set de façon à permettre à Marie de prendre la responsabilité de la finition à l’aile par dessus la petite passeuse Coralie Boileau, tout en garantissant la taille du contre central. Claude est réaliste dans sa distribution sans négliger d’indispensables accélérations du jeu au centre, et c’est logiquement que Saverne malmène une équipe de Sélestat toujours très combattive. Manue fait des sorties remarquées en poste 4 qui la plongent dans une euphorie démonstrative faite "d’entrechats pédalo" dont elle a le secret et met sur orbite son équipe qui s’impose 25-21.

Le troisième set est un remake du second à un détail près, celui de la position de départ. P Muser a changé de ligne et Romina aura en vis à vis de contre non plus Anne-Marie mais Claude notre passeuse un peu plus courte dans son dépassement manuel de filet. Qu’à cela ne tienne, on échange des consignes pour continuer à neutraliser "super woman" et c’est la qualité des services d’un Saverne en confiance et remonté à bloc qui fait la différence. Pourtant Sélestat ne baisse pas les bras et jouit d’exaltations épisodiques après la réussite de certaines défenses épiques. Sélestat tremble en fin de set et favorise l’envolée au score de Saverne. Le glas des espoirs sélestadiens sonne à 25-22 et la relation passe-attaque au poste 4 est sévèrement mise à mal. Les centrales sélestadiennes ne parvenant pas à rattrapper leur contreuse extérieure, P Muser prépare sa réaction avec lucidité.

Tandis que le coach Savernois présentenaïvement son 6 en recréant un décalage conforme à celui du second set qui eut permis à Anne-Marie d’exercer ses talents de contreuse face à Romina, P Muser réagit en fin tacticien et positionne son attaquante "wonder woman" au centre. Cela a pour effet de perturber Saverne qui commet de très nombreuses fautes en début de set, et se voit mené 10-1 en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire dans une dactylographie bi-doigtée. On oublie aussi de rappeler que toute l’équipe de Sélestat réalise une prestation exceptionnelle en réception et défense et la régularité de Maryline Bildstein en 4 et en réception est ahurissante. Les hurlements stridents de Manue déboussolée sur le terrain sont le signe d’un vent de panique et cette dernière est conviée à venir casser les oreilles de son coach en coupant quelques citrons sur le banc. Léa fait une entrée en donnant le meilleur d’elle-même, et Anne retourne aussi sur le parquet dégripper ses genous, mais rien n’y fait et le cinquième set est inévitable. Saverne recrée un peu de confiance en effectuant un baroud d’honneur de fin de set et le score de 25-15 en est un peu moins humiliant.

L’excellent duo d’arbitres Wassmuth-Veillon siffle le début du cinquième set au début duquel Pélagie doute de ses capacités physiques, puis le coach savernois surprend le public en prenant un temps mort alors que son équipe n’est menée que 3-2 au score. Mais il est vrai que l’état de stress des joueuses est déjà considérable et que les consignes de contre ne sont pas respectées. Le temps mort préventif casse le bras de la serveuse sélestadienne qui échoue dans le filet et les 2 équipes tournent bientôt à 8-7 en faveur de Sélestat. On sait en principe que Romina recevra 3 ballons d’attaque sur 4 et la colère s’empare du banc savernois quand la contreuse du poste 4, Pélagie puis Marie et Manue fait l’impasse inopportune au contre face à "Flying woman" Romina. Saverne consterné accuse un retard de 3 points avec 3 balles de match à sauver et c’est Pélagie au dos bien raide qui doit servir. Cette dernière effectue un premier service qui donne une occasion d’attaque au centre à Romina, laquelle s’aperçoit avec lucidité que 2 contreuses ont sauté en face d’elle. C’est alors trop facile pour une telle joueuse de déposer une carotte sur le poste 4 déserté, encore plus quand la défense du poste 5 savernois Pélagie "cueille des pâquerettes" au fond du terrain sans donner la moindre impression à son coach de pouvoir courir le 7 mètres en moins d’une seconde. C’est tellement facile que Romina oublie que notre contreuse extérieure Marie a un pouvoir d’action de jarrets hors norme et une capacité à voleter en l’air qui lui permettent de la punir sévèrement en lui rabattant son ballon astucieux dans les chaussettes. Marie fait alors un "one-woman-show" en poste 4 à partir de relances faciles qu’on doit à la qualité initiale des services de Pélagie. L’égalité à 14-14 aiguillonne Romina qui fait le point pour redonner une quatrième balle de match à Sélestat. Et c’est bien malheureusement que la consigne de construction du coach savernois n’est pas claire dans l’esprit de toutes les joueuses. Le manque de clarté fait cafouiller Anne-Marie à la passe et Marie qui se démarquait en poste 4 ne saura jamais si elle aurait égalisé par une attaque surpuissante. L’avenir du match se scella ainsi mais la qualité de la prestation des 2 équipes limita les regrets du perdant. 16-14, c’est dur certes mais les matchs de haut de tableau tournent en faveur des unes ou des autres sur des détails qui ont plus à voir avec la lucidité qu’avec la puissance.

On fera aussi bien la prochaine fois j’espère face à un adversaire théoriquement moins menaçant ! Le repos et la récupération sont à l’ordre du jour ce dimanche, mais malgré la défaite, il est assez satisfaisant de vivre plus souvent des matchs à forte poussée d’adrénaline. On en avait perdu l’habitude à Saverne pendant une saison et il n’est pas étonnant qu’on ait des difficultés à bien gérer ces fins de match là.


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2