Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2007-2008 » Seniores filles

>>Saverne - Fraternelle 3-1 - Dragons Ball V

21 octobre 2007
Auteur(e) : 
TVB

Saverne nous aura offert un scénario proche de celui des mangas japonais, samedi soir au cosec des dragons devant une équipe très accrocheuse de la Fraternelle Strasbourg. Un premier set où l’on prend des coups à répétition pour mieux renaître dans un match accroché ensuite, à suspens insoutenable pour un V de le victoire qui ne tient pas à grand chose. Notre adversaire marque d’ailleurs 4 points de plus que nous au total des 4 sets. Un match intense d’une heure et quarante minute parfaitement maîtrisé par l’arbitre Laurent Wassmuth qui dut officier seul.

La piètre finale de la coupe du monde de rugby ne pouvait dissuader les savernois(es) les plus fanatiques comme Odile ou Joëlle de venir soutenir avec allégresse les volleyeuses au maillot (ou trikot in deutsch) rouge bien décidées à vaincre pour la seconde fois cette saison. Les jeunes filles de la fraternelle arboraient de nouvelles couleurs et, revêtues avec tant d’élégance vinrent parader outrageusement pour se permettre très tôt de caracoler en tête lors du premier set ... tandis que les savernoises faisaient du tricot en s’emmêlant les aiguilles. Les tourments de la défaite happaient la concentration des savernoises, l’absence de Lucile et Marie pesait lourd dans la finition, devaient penser certains spectateurs avertis ! Il me semblait pourtant qu’il n’y avait aucun problème de finition car il n’y avait tout bonnement pas de construction. Saverne se remettait à brasser du vent à grands cris et excuses dithyrambiques. Les attaquantes savernoises jouaient de la manchette offensive à reculons, le contre était dominé en hauteur, les services s’envolaient hors des limites et nos adversaires enfilaient les points comme des perles dans un collier grâce à une série ininterrompue de services smashés signés Nadia Thomas. Kristina Milosh et Aurélie Gocker profitaient des bonnes passes de Céline Lamy très inspirée. Claude préférait au final de ce premier set en rire plutôt qu’en pleurer, le score reflétait la consternation ambiante : 25-7.

J’avais déjà bien préparé mon sermon et un dispositif tactique iconoclaste avant la reprise du second set. L’équipe remaniée avec l’entrée de Léa et Pauline convalescente, devait s’appliquer à pilonner Erika Cosset qui, malgré un engagement physique considérable dans le jeu de son équipe avait commis des imprécisions défensives qui contrariaient la bonne construction du jeu strasbourgeois. La responsabilité d’un poste de vraie centrale confiée à Léa était un pari qui pouvait sembler risqué, mais seuls ceux qui suivent l’entraînement d’une équipe peuvent mesurer la motivation réelle des joueurs. En l’occurrence, la fougue de la jeunesse mais aussi la discipline dans le jeu permettaient de redéfinir les responsabilités dans le groupe. Pélagie trouva matière à prendre la match à son compte, profitant de l’altruisme de Léa sur sa ligne. Saverne prenait de l’avance dans ce second set et dominait une équipe de la Fraternelle qui cafouillait dans la construction. Le coach strasbourgeois devait faire tourner son effectif pour remédier à des problèmes défensifs considérables nés de la qualité des services de Manue, Claude ou Morgane. Très combattives les strasbourgeoises faisaient un retour au score en fin de set, mais Pélagie omniprésente tenait bon. Morgane relayait très bien Claude à la passe et tenait bon en réception, Pauline demeurait très régulière au filet, le set trouvait une conclusion méritée à 26-24.

L’équipe savernoise relancée et rassurée infligeait une punition à la Fraternelle au début du troisième set. Les strasbourgeoises accusaient le coup et Léa s’enhardissait sans commettre de faute. Bien qu’inexpérimentée sur le poste 6 en défense, Léa tenait son rôle à merveille et contrait avec autorité Kristina Milosh sous l’oeil pantois de ses partenaires. Après un tel exploit, elle échouait dans la foulée au service lequel fut le seul qu’elle rata dans le match. La solidarité des savernoises en défense était rassurante et comme Pélagie sautait toujours comme un kangourou à l’attaque, l’équipe s’envolait dans son sillage pour signer un 25-15 sans contestation possible.

La lucidité de Pélagie dans le secteur offensif persistait et malgré un début de quatrième set contrarié par les défenses miraculeuses sous le filet des joueuses strasbourgeoises dont il faut saluer encore la combattivité, Saverne passait de peu devant avant le second temps mort technique . C’était l’heure de chercher la victoire avec ses tripes et les longs et âpres échanges épuisèrent Pélagie. Anne revenait au service de son équipe sans jamais avoir cessé d’encourager ses partenaires depuis le banc de touche (mes oreilles en bourdonnent encore). Claude faisait de très bons choix en fin de set à la passe et approvisionna au bon moment les attaquantes qu’on attendait le moins, comme Léa en poste 4 qui concluait avec euphorie des balles importantes. Pauline et manue étaient solides sur l’autre ligne et usaient l’adversaire sans faire de faute. Pauline et Morgane étaient efficaces au service et malgré une remontée fantastique de la Fraternelle à 24-24, Saverne sut trouver les ressources pour marquer 2 points. La réussite s’en mêla même sur la balle de match dont on ne saura jamais si l’attaque de Léa franchit le filet, et le cafouillage des strasbourgeoises donna l’occasion de sauter de joie enfin, juste avant que l’infarctus du coach savernois et des spectateurs les plus émotifs n’atteigne son point de non retour. Merci à toutes pour ce match indécis et bien plus spectaculaire qu’une certaine finale de coupe du monde !

Vos commentaires sur cet article

  • Bravo les filles !

    21 octobre 2007

    N’ayant malheureusement pas pu venir vous soutenir, car match de mon équipe au même moment, j’ai été très très heureuse d’apprendre votre victoire contre la Frat’ (petite revanche personnelle à travers vous...).

    Continuez comme ça ! Je pense à vous tous les week-end !! ;-))

    Bises à toutes et à toi, J-J !

    Christine Bour


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2