Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2006-2007 » Nationale 3 Féminine 2006-2007

>>Champagne en Champagne

5 mars 2007
Auteur(e) : 
TVB

Tous les spécialistes de volley trouveraient ce résultat logique. L’avant-dernier du championnat bat le dernier dans un match de mal classés. D’ailleurs ce genre de match fait en général moins recette, mais c’est oublier que même si ces 2 équipes sont inférieures aux autres à priori, elles auront su élever leur niveau de jeu pour taquiner parfois les leaders et les faire douter. C’est ainsi que Saverne, ayant réussi quelques bonnes performances en prenant un set à des équipes mieux classées, vint ce dimanche affronter une respectable équipe de Reims qui avait bien failli vaincre le leader Ensisheim quinze jours auparavant, mais avait finalement cédé 3-2 au terme d’un cinquième set prolongé.

Le gymnase proposé pour l’évènement n’avait rien d’une cathédrale ! On ne peut que compatir aux difficultés que doit éprouver une équipe féminine de volley à jouer en Champagne dans de telles conditions de vétusté des infrastructures. Une grande ville comme Reims ! Réserver un tel traitement à des jeunes filles sympathiques et motivées pour progresser dans leur sport préféré !

Après 3 bonnes heures de route et un menu sportif au restaurant, notre équipe phare toujours soutenue par son président Alain Bohn et sa petite famille, vint partager avec les rémoises les conditions de jeu décrites plus haut avec une sincère condescendance.

Saverne alignait une équipe amputée de Pélagie sa youkoulélé offensive retenue pour obligations professionnelles (qui revenait assez en forme dernièrement), privée d’un genou d’Eléonore, qui, bancale était proposée au banc, privée d’Anne-Marie au pouce endommagé depuis quelques semaines, avec une Anne aux mollets fragiles, une Colette au genou grinçant, une Manu à la cheville raide, une Aline au pied boursouflé (quoique ça semble aller mieux), mais qui pour le reste se porte assez bien madame la marquise. En effet, Marie exploite encore ses pouvoirs de kangourou, Lucile son lift destructeur, et Morgane ou Claude leur toucher soyeux.

Après les longs palabres du coach comme à l’accoutumée, le match commença et saverne fut logiquement dominé par Reims dans le cadre d’un premier set agréable et spectaculaire, qu’elles menèrent à l’occasion, dont elles sortirent convaincues à juste titre de n’avoir pas mal joué. Le score 25-20 résulte d’une fin de set nettement en faveur de Reims avec des attaques percutantes d’A Levillain et l’omniprésence offensive et défensive de C Kouikoui. T Jacquet s’illustrait à l’attaque et défendait bien son poste 6. La passeuse C Desavelle trouvait ses attaquantes dans de bonnes conditions.

Les palabres habituels du coach savernois se firent plus coercitifs alors pour interdire à toute savernoise présente en ce lieu d’envoyer le moindre ballon en direction de C Kouikoui, qui stabilisait défensivement son équipe. La consigne fut appliquée à la lettre pendant les 2 sets suivants qui voyaient l’effectif savernois remanié avec l’entrée de Claude pour épauler Morgane à la passe. Les doigts de nos fées actionnées par leur cerveau boulimique de tactique, permirent de renverser la vapeur sans que nos jeunes filles ne fument trop (je ne sais pas si je suis clair mais je veux dire qu’elles n’avaient pas trop à cavaler partout parce que la réception était correcte quoiqu’un peu trop à droite parfois). Claude défendait bien, et participait comme Morgane à des contres visant à ralentir l’ardeur de A Levillain toujours à pied d’oeuvre côté Reims. Aline était souvent bien placée en défense et connaissait un succès mérité au filet. Le jeu moins stéréotypé permit à chacune de partager la gloire de conclure un point et tout se passait bien dans le meilleur des mondes avec Morgane transformée en super attaquante aux 3 mètres l’espace d’une seconde. Les 2 sets étaient conclus 25-15 puis 25-17, et Manu et Eléonore étaient invitées à participer à la fin du troisième set malgré une légère remontée de Reims.

Le public était rassuré et le nombre de pulsations par minute du président et du coach se maintenait entre 60 et 120 selon les actions de jeu. C Kouikoui jouait sans ballon côté Reims et je m’en excuse d’une certaine façon car je reste admiratif devant le sérieux et la constance de cette joueuse dont l’altruisme est réel, et dont le niveau de concentration m’étonne. J’aurais aimé en tant que spectateur la voir s’illustrer davantage dans ce match, mais comme coach j’avais déjà préparé des systèmes pour la neutraliser au filet (au cas où elle jouerait en pointu comme à l’aller), et souhaitais l’éviter en zone arrière autant que possible.

Le quatrième set démarra et, dès le passage de T Jacquet (la capitaine rémoise) au service le monde s’écroula côté Saverne. Le trinôme de réceptionneuses (dont notre célèbre libéro Colette ayant soutenu jusqu’ici la réception et la défense de notre équipe) alternait les fautes directes avec le binôme d’attaquantes Aline et Marie, avec une Marie qui sautait toujours comme un kangourou, mais pour du beurre, et Aline qui était mal inspirée d’expédier des balles dehors ou sur C Kouikoui. La lassitude gagnait les filles et Claude ne trouvait plus d’inspiration, au point que Manu entrée pour suppléer Anne en réception était sollicitée pour une attaque aux 3 mètres assez cauchemardesque. Eléonore entrait à la place d’Aline pour reprendre une aile en difficulté sans connaître davantage de succès car une aile semblait aussi lui manquer. Le set s’acheva sur le score consternant de 25-5 avec E Rouyer qui alignait aussi les services côté Reims, alors que A Levillain, sautait et ressautait sans répit pour conclure les points de son équipe.

Il me semble qu’à ce jeu du set lâché c’est le physique des savernoises qui fut ainsi ménagé. Le cinquième set fut terriblement incertain bien que mené par des savernoises fébriles mais déterminées à l’image de Marie qui s’envole et plante un "pain" dans les 4 mètres adverses dès le premier point du set. Claude aligne des services tactiques, on mène. Un échange infiniment trop long basculait heureusement en faveur des alsaciennes mais Morgane échouait ensuite directement au service. Damned ! nous sommes faits, ai-je songé. Le nombre de pulsations/minute frisait les 180 pour tout le monde, A Levillain passait ses services smatchés qui semblaient lourds, si lourds à réceptionner, mais ça passe pour nous, et Reims qui grignote mais qui rate un service : Ouf. Claude reçoit l’inspiration divine de jouer par le centre et 2 courtes de Lucile et Anne compensent les échecs à l’aile sur des balles bizarres frappées avec un bras tremblant 2 mètres dehors. On se rapproche des quinze points avec un écart léger en envoyant vers les cieux mult prières que l’adversaire échoue dans ses tentatives, ce qui arrive une fois de trop pour ces pauvres rémoises et Saverne exulte enfin dans un cri strident de joie exacerbée à 15-11 pour signer sa première victoire à l’extérieur, sa première victoire en 2007, la résurrection d’espoirs de survivre à ce niveau si ... Vandoeuvre daignait être notre première victime samedi prochain par exemple.

Reconnaissons toutefois que notre jeu s’améliore et que si tout n’est pas parfait, on s’amuse cette saison. Les commentaires allaient bon train sur le chemin du retour et j’avais pour ma part une pensée pour ces rémoises qui savent cuisiner aussi de bons gâteaux et pour C Kouikoui qui devait être bien déçue de n’avoir pu briller davantage. Je lui souhaite et leur souhaite de connaître une la victoire prochainement car elles le méritent amplement. Merci pour votre accueil.


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2