Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2006-2007 » Nationale 3 Féminine 2006-2007

>>Bisontines pas byzantines

28 janvier 2007
Auteur(e) : 
TVB

On part à Besançon et bravo l’accueil c’est pas byzance ! Un bonjour semi-revanchard, semi-constipé du coach bisontin et même pas une bombe de froid pour soulager les souffrances de Manu ... on vous dira plus tard pourquoi. Dans ce match si important pour C Ambs qui comptait bien exacerber l’amour propre de son équipe vaincue abusivement par Saverne à l’aller, c’est Besançon qui devait avoir la pression car ces jeunes filles sympathiques au demeurant jouent encore leur maintien avec de grandes chances de succès.

Pour Saverne, la clé du match est de pousser l’adversaire dans d’âpres fins de set, aux moments où les défenses l’emportent sur la puissance d’attaquantes exceptionnelles jusqu’à les pousser à la faute ... à cause de la pression ... la même qui, compte tenu de l’atmosphère glaciale ambiante ne suscite pas d’excès exothermiques de la part de savernoises sur-échauffées par leur coach habituel.

Saverne s’ingénie à tenir tête à son adversaire lors de ce premier set à rebondissements ... de balles s’écrasant sur le plancher de savernoises médusées par la puissance de Demaizier. Le coach bisontin sermonne ses joueuses quand Saverne se met à contrarier la réception adverse. Morgane Pruneta est prise en défaut dans son replacement défensif, et commet un double excès de gourmandise en entamant beaucoup trop tôt les services tactiques courts. Quel dommage d’échouer ainsi ! Saverne doute alors et dans son tandem de passeuses, Morgane a déjà entamé son capital confiance. Les échanges s’allongent parfois et les bras qui s’agitent au dessus de la bande du filet témoignent d’une lutte acharnée pour la supprématie aérienne entre L Adnet, M Haberer et Menissier ou Fracchia. La passeuse bisontine Stocklinn incriminée à l’aller de la défaite de son équipe frise encore parfois la correctionnelle, mais heureusement pour elle, Besançon emporte le premier set assez confortablement 25-19, sans être spécialement convaincant.

Saverne se libère ensuite et Anne Joly tient bien son rôle en opposition avec Claude Kister, toujours aussi véloce en défense. Des points spectaculaires éprouvent les défenses des 2 équipes, au point que les attaquantes de Besançon coupables d’un relâchement perceptible font des fautes directes. Le physique n’est pas émoussé mais la précision des frappes est déficiente. Saverne redore son blason grâce à une Lucile Adnet motivée et incisive et conclut le set 25-21 non sans avoir craint que les bisontines fassent un retour impromptu à la marque.

Le troisième set est tendu. le public exhorte son équipe dans le temple bisontin du volley ball, La Malcombe et on sent que son appui étouffe l’unique supporter savernois Alain Bohn notre président dévoué et plein d’espoirs. Le début de set est assez disputé avant le premier temps mort et Saverne profite de sa dynamique, mais soudain, Manu Bergmann sollicitée dans une combinaison (un piston pour les connaisseurs), trébuche et s’écroule au sol comme une antilope transpercée par la sagaie d’un chasseur papou. L’entorse semble évidente à la seule vue extérieure du mouvement de torsion de sa cheville. On court à son chevet demandant à notre adversaire recevant de nous procurer une bombe de froid. Tout occupé à coacher son équipe en phase de jeu interrompu, le coach bisontin nous rétorque qu’ils n’en ont pas, et la seule réponse qui nous est lancée est plutôt du genre "do it yourself" "allez chercher de la neige dehors" pour réfrigérer la cheville de Manu. Merci, on reviendra pas... nous fûmes un adversaire nécessaire puisqu’il faut être à 2 équipes pour jouer au volley, et il semble que notre présence n’ait pas humainement interpelé mon collègue bisontin que j’invite chaleureusement à jouir de sa victoire du jour en n’oubliant pas de se procurer à l’avenir des bombes réfrigérantes, juste au cas où l’une de ses joueuses devait subir le même sort. On parvint quand même à surgeler la cheville de Manu, qui, comme toute kiné prévoyante ne sort jamais sans sa bombe de marque "OCAZOU" : au cas où je me tors la cheville ...

Le jeu reprend enfin, et Saverne accuse le coup. Que de points lâchés à l’emporte-pièce ! L’écart grandit entre les 2 équipes et Besançon passe en tête au second temps mort sans laisser d’espoir à une équipe savernoise contrite et dépitée malgré l’entrée de Pélagie Lotolotolua. Décidément les déplacements ne réussissent guère à Saverne cette saison. Le set est expédié 25-11 et la punition de Saverne réjouit des bisontines revanchardes mais fair play.

Toujours le dos au mur, les savernoises entament le quatrième set en tentant de se remotiver, mais le doute est là et la cohésion collective ne pouvant se nourrir que de lucidité et de concentration individuelle, le jeu s’effrite au rythme des mauvais choix, lesquels sapent le moral d’une équipe qui bascule progressivement sur les talons et joue à reculons. Plutôt que de subir la pression psychologique des fins de match, l’attaque bisontine met une pression démesurée sur la défense savernoise qui craque physiquement. Besançon exulte d’avoir pris sa revanche et d’avoir accompli un petit pas de plus vers son précieux maintien. Bravo aux filles et à leur coach ... avec bémol pour la sollicitude témoignée. Mais on participe à un sport de compétition et pas de compassion.

Roger Huffschmitt avait été visionnaire aux DNA en annonçant la défaite de Saverne ... mais pas à Saverne en Novembre cher Roger, mais en terre franc comtoise uniquement.

Le maintien se chimérise et la meilleure des motivations est à chercher on fond de soi-même sans trop souffrir de la comparaison avec des équipes plus fortes en majorité, ce que l’on savait d’ailleurs. Lorsqu’on pratique son sport favori c’est pour se dépenser physiquement sans la moindre retenue. La victoire ne se rapprochera qu’au prix d’une consommation d’énergie individuelle constante alimentant le collectif, qui ne menacera en rien le réchauffement climatique. Que les coeurs battent encore plus vite à l’avenir pendant les matchs et les entraînements car il faut nous dépenser sans compter.

Bon rétablissement aux 3 blessées actuelles !

Enigme n° 375 :

Une jeune fille blonde de rouge vêtue, est étendue avec un pied nu dans la neige. Pourquoi ?

Rien avoir avec le petit chaperon rouge et roméo et Juliette.

Vos commentaires sur cet article

  • Bisontines pas byzantines

    5 février 2007, par libéro de Besançon

    Bonjour, je suis la libéro de Besançon je n’étais pas au match aller puisque je suis arrivée peu de temps après. Ce qui me fait doucement rire dans votre article c’est que vous prétendez que notre coach a été glacial avec vous mais je crois qu’il serait difficile d’être autrement. Vous côtoyez je pense depuis un moment les routes pour atteindre votre gymnase, vous savez donc qu’il y a des travaux ; vous aurait-il été difficile d’indiquer à mon entraîneur ce petit détail qui aurait pu éviter bien des désagréments ??? Concernant votre joueuse blessée j’espère déjà qu’elle va mieux mais je trouve un peu léger d’incriminer encore une fois mon coach parce qu’il n’avait pas de bombe de froid (juste pour info il serait autant pénalisé que vous si une de ses joueuses se blessait). Je ressens beaucoup d’amertume dans votre article et je trouve cela regrettable vous devez montrer en tant que coach un exemple de fair-play et de courtoisie envers vos adversaires qui ne sont pas seulement les joueuses sur le terrain !

    Ainsi je vous souhaite une bonne fin de saison

    La libéro du bvb

  • Bisontines pas byzantines

    1er février 2007, par une joueuse de besançon

    désolée le coatch est toujours un peu stressé, mais surtout ne le prennez pas pour vous...

    Quoi qu’il en soit une entorse est aussi arrivée pour notre camp...

    Sans rancune !

  • Bisontines pas byzantines

    1er février 2007

    Je tiens juste à apporter une petite précision, car les choses ne me semblent pas très justes dans cet article. Je suis joueuse à Besançon et je n’ai pas vu la chose tout à fait de la même manière que la personne qui a écrit cet article. En effet le club n’a pas de bombe de froid en cas de blessure mais je ne vois pas en quoi notre coatch est responsable, ni ce qu’il aurait pu faire... Ca n’est pas la première fois que quelqu’un se blesse dans ce gymnase et nous sommes à chaque fois aussi démuni ! c’est moi qui ai proposé à la joueuse d’aller mettre son pied dans la neige, ce qui semblait sur le moment mieux que rien !!! Alors de là à parler de manque de fair-play, il ne faut peut être pas pousser !!!

    • Bisontines pas byzantines
      1er février 2007, par JJM

      Comme quoi grâce à internet, les commandes de bombes de froid vont s’accélérer au club ... Ne m’en veuillez pas trop mais en 25 ans de volley j’ai croisé des personnes plus joviales et serviables que Mr Ambs (même ceux qui pratiquent le minimum avec derrière le "bonjour" une phrase standard comme "vous avez fait bon voyage ?")... dont le stress sera retombé après les éclatantes performances du jour pour vos équipes. Félicitations.

      Ceci dit, je vous encourage sincèrement pour conserver votre place à ce niveau, car je pense que vous le méritez amplement. L’équipe demeure néanmoins sympathique.

  • Bisontines pas byzantines

    29 janvier 2007, par Claude

    Là tu nous prends vraiment pour des blondes ! La réponse est dans le texte (pour ceux qui n’étaient pas là !) Aurais -tu une autre énigme à nous proposer d’ici le prochain entraînement ?

    MERCI POUR TES ARTICLES parfois plus passionnants que nos matchs !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2