Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la saison 2006-2007 » Nationale 3 Féminine 2006-2007

>>Saverne - Saint-Dié : tête à tête chic-choc

14 janvier 2007
Auteur(e) : 
TVB

Saverne - Saint Dié : 1-3 25-23 (24’), 23-25 (29’) ,16-25 (22’), 15-25 (19’) durée totale : 102 minutes.

Saint-Dié : OPATOVSKA zuzana, PINTO Valérie, MERCIER Marie, MERCIER Magalie, CROSNIER Jacinthe, GOUSY Hélène puis GAILLARDEmmanuelle, VOIRIN Violaine. Entraîneur : CLAUDE Sébastien

Saverne :, ADNET Lucile, HABERER Marie, KISTER Claude , WEISS Aline, LOTOLOTOLUA Pélagie, BERGMANN Emmanuelle, puis JOLY Anne, PRUNETA Morgane, ROTH Anne-Marie, et ADNET Colette (Libéro). Entraîneur : MOREL JJ

Arbitres : Guillot Alain, Goehry paul

Vous attendez un exposé dithyrambique de ce match du dimanche lors duquel d’héroïques jeunes filles se cassent la tête pour tenter de vaincre un adversaire qui arbore les mêmes couleurs, mais fait preuve d’une puissance offensive constante de plusieurs giganewtons ? Eh bien vous allez l’avoir !

A Saint-Dié, le volley on connaît, et la régularité de l’équipe féminine est avérée, même privée d’une des jumelles Mercier. Il restait pourtant 2 Mercier dans le 6, dont Marie très régulière et capable d’une variété technique et de qualités physiques bien au dessus de la moyenne. La slovaque Suzana Opatovska était beaucoup plus fine et capable de jouer les filles de l’air, planant au dessus du contre savernois avec un style et une technique démontrant qu’elle joua un jour à un niveau bien plus élevé (à Rixheim N1). Ces jeunes filles étaient épaulées par une passeuse très régulière, Valérie Pinto et une équipe dont le fond de jeu était techniquement sûr. Ajouter que Saint-Dié s’entraîne 2 fois par semaine avec une séance de musculation, est inutile pour prouver que Saverne devait sortir le grand jeu du dimanche !

Emmanuelle Bergmann entamait le match avec une agressivité considérable et bien qu’un peu fébriles les savernoises creusaient l’écart. Pélagie Lotolotolua stabilisait la réception pour pallier la peine qu’éprouvait Marie Haberer à maîtriser le service sauté flottant de Suzana Opatovska qui parvenait à viser 9 fois sur 10 l’angle du poste 5. La solidarité savernoise jouait beaucoup et le premier set fut remporté 25-23 avec un peu de réussite. On sentait St-Dié prendre ses marques et le match était fort plaisant pour les 5000 spectateurs savernois divisés par 100 et sur l’issue de la rencontre. Ce zeugma me conduit à vous narrer l’inénarrable tête à tête de Claude et Marie à 8-8 au second set.

Tout le monde était alors bien reposé après le traditionnel temps mort d’une minute utilisé généralement par les 2 équipes pour se congratuler ou se remotiver, pour parler lessive et resplendissance des couleurs du maillot, pour discuter avec des remplaçantes attendant impatiemment de briller, et qui profitent du cercle formé par le clan volleyistique pour venir se réchauffer les mains.

Ce repos mérité sublime l’engagement des joueuses sur les points à venir, et c’est ainsi que le plongeon simultané et peu simulé ni retenu de Marie et Claude constitua le choc de cette rencontre. Marie et Claude gisaient là à terre siamoïsées d’une arcade de la première à l’oreille de la seconde, dans un état d’inertie stupéfiant. Les secours arrivaient avec un essaim de savernoises désespérées de voir leur cerveau et leur fer de lance ainsi encastrées dans un râle rauque et douloureux. Au jeu de la plus forte tête, ce fut Marie bien protégée par son oreille qui l’emporta. Claude fut congédiée sur la touche pour manque de résistance arcadienne et Morgane la remplaça au pied levé (c’est une image ... vous imaginez mal Morgane jouer sur un seul pied !). Bref ce n’était pas le pied pour maintenir nos virulentes adversaires sous l’éteignoir.

Le match était encore de toute beauté avec des échanges âpres, des défenses héroïques, des attaques inspirées, mais une lucidité qui s’étiolait. Quand Saint-Dié emporta le set 25-23 devant un public pantois, on craignit que Saverne ne passe du Capitole à la roche tarpéienne.

Au troisième set, l’effort des savernoises était maximal, mais si vous concluez des points magnifiques pour rater le service ensuite, vous êtes voué au supplice des Danaïdes. Le tonneau de tonus savernois ne parvenait alors qu’à se vider et Saint-Dié concluait sans pitié le troisième set 25-16, avec des savernoises sur les talons, et parfois passives devant la fatalité qui rendait l’instant de leur défaite inexorable. La frustration du coach éclata lors d’un temps mort en un hurlement lugubre qui s’adressait moins aux filles qu’aux dieux locaux, peu enclins au triomphe sportif de Saverne cette saison, et plus occupés par le TGV Est.

La résignation gagna une à une les savernoises qui défilaient pour tenter de sauver les meubles. Mais Saint Dié continuait à déménager sec. Chancelante, Claude faisait son retour, pour apporter à l’équipe sa science de la défense engagée. Hélas, 3 fois hélas (hélas, hélas, hélas), Emmanuelle Bergmann nous gratifiait de sa célèbre carotte à 2 mètres du filet et qui échoue traditionnellement dans la bande ou dehors, signe statistiquement incontestable que les carottes sont cuites. Les savernoises fatiguées faisaient d’inhabituelles fautes de filet, la contreuse centrale était vouée à une solitude cruelle au dessus de la bande du filet, la défense oubliait que le terrain fait 9 mètres de long, et nulle ne s’entêtait plus. Le coach savernois était assis et saint Dié n’avait plus qu’à achever son adversaire avec une cruauté qu’on n’aurait jamais soupçonné chez d’aussi charmantes jeunes filles. 25-15 et pas de quartier.

La fin des matchs aller arrive avec seulement 2 victoires. Il va falloir en inventer au moins 5 autres avant le mois de mai 2007, ou chacun fera ce qu’il lui plaît et peut être déjà du beach volley si la planète continue à se réchauffer.


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2